Archives par mot-clé : faillite d’entreprises

Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne

CC Jean-Clément Martin

 

Jean-Clément Martin, vous êtes connu et reconnu comme historien spécialiste de la Révolution. Par contre, votre travail de doctorat, soutenu en 1978, qui portait sur les faillites d’entreprises à Niort et dans les Deux-Sèvres est beaucoup moins médiatique.

Continuer la lecture de Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne

Les faillites d’entreprises, un objet sociologique pertinent ?

On peut facilement dire que  la sociologie aborde le monde qui nous entoure dans tous ses plis et replis, de l’école au marché du travail, de la culture à la consommation, de la justice à la religion, de la prison à la santé, de la famille à l’environnement mais il est un sujet qu’elle a peu « dérangé » : les faillites d’entreprises. La réception académique de la défaillance d’entreprises s’est en effet arrêtée aux portes de la sociologie a contrario d’autres disciplines qui ont pu en faire un champ de recherche à part entière1 , comme les sciences de gestion, l’économie ou encore l’histoire. Les faillites d’entreprises restent aujourd’hui en dehors des radars de la discipline sociologique. Et pour y mettre un peu d’humour, j’en suis même à qualifier les faillites d’entreprises d’ « OSNI » : Objet Sociologique Non Identifié.

La revue de littérature effectuée au début de ma thèse illustre ma remarque. De mon travail de recherche bibliographique, j’ai pu tirer 3 articles (seulement!) publiés chacun à 10 ans d’intervalles (aucun fait exprès je pense!).

Continuer la lecture de Les faillites d’entreprises, un objet sociologique pertinent ?

  1. Sur ce point, plusieurs états de l’art ont été réalisés: voir notamment B.Guilhot (2000), « Défaillances d’entreprises : Soixante-dix ans d’analyses théoriques et empiriques »,  Revue française de gestion, n°130, pp.52-67, ou encore J.-F. Malécot (1991), « Analyse historique des défaillances d’entreprises: une revue de la littérature », Revue d’économie financière, 19, pp.205-227 []