Tous les articles par Virginie Blum

Epigraphe – André Gide

Pourtant je tiens à dire ici, d’abord, pour tempérer quelque peu les critiques qui transparaissent dans mes récits, que ce qui m’a peut-être le plus frappé au cours de ces séances, c’est la conscience avec laquelle chacun, tant juges qu’avocats et jurés, s’acquittait de ses fonctions. J’ai vraiment admiré, à plus d’une reprise, la présence d’esprit du président et sa connaissance de chaque affaire; l’urgence de ses interrogatoires; la fermeté et la modération de l’accusation; la densité des plaidoiries, et l’absence de vaine éloquence; enfin l’attention des jurés. Tout cela passait mon espérance, je l’avoue; mais rendait d’autant plus affreux certains grincements de la machine.

André Gide

Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne

CC Jean-Clément Martin

 

Jean-Clément Martin, vous êtes connu et reconnu comme historien spécialiste de la Révolution. Par contre, votre travail de doctorat, soutenu en 1978, qui portait sur les faillites d’entreprises à Niort et dans les Deux-Sèvres est beaucoup moins médiatique.

Continuer la lecture de Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne

pourquoi « Ma thèse en Faillite ! »

Il était une fois une thèse de sociologie sur les faillites d’entreprises…la mienne. Ouais pas très sexy comme sujet me direz-vous ! Après un baccalauréat STI Arts Appliqués, un an en classe préparatoire à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, une césure, puis une licence et un master en sociologie, je me suis lancée candide et naïve dans ce vaste sujet loufoque.

Et cette thèse eut tout un lot d’humour gras, de satire, d’absurde, de provocation et vécut…non, elle vit encore parce que je ne l’ai pas encore fini 🙂 (bientôt bientôt)

Continuer la lecture de pourquoi « Ma thèse en Faillite ! »

Les faillites d’entreprises, un objet sociologique pertinent ?

On peut facilement dire que  la sociologie aborde le monde qui nous entoure dans tous ses plis et replis, de l’école au marché du travail, de la culture à la consommation, de la justice à la religion, de la prison à la santé, de la famille à l’environnement mais il est un sujet qu’elle a peu « dérangé » : les faillites d’entreprises. La réception académique de la défaillance d’entreprises s’est en effet arrêtée aux portes de la sociologie a contrario d’autres disciplines qui ont pu en faire un champ de recherche à part entière1 , comme les sciences de gestion, l’économie ou encore l’histoire. Les faillites d’entreprises restent aujourd’hui en dehors des radars de la discipline sociologique. Et pour y mettre un peu d’humour, j’en suis même à qualifier les faillites d’entreprises d’ « OSNI » : Objet Sociologique Non Identifié.

La revue de littérature effectuée au début de ma thèse illustre ma remarque. De mon travail de recherche bibliographique, j’ai pu tirer 3 articles (seulement!) publiés chacun à 10 ans d’intervalles (aucun fait exprès je pense!).

Continuer la lecture de Les faillites d’entreprises, un objet sociologique pertinent ?

  1. Sur ce point, plusieurs états de l’art ont été réalisés: voir notamment B.Guilhot (2000), « Défaillances d’entreprises : Soixante-dix ans d’analyses théoriques et empiriques »,  Revue française de gestion, n°130, pp.52-67, ou encore J.-F. Malécot (1991), « Analyse historique des défaillances d’entreprises: une revue de la littérature », Revue d’économie financière, 19, pp.205-227 []