France-Q sur le chemin de la Faillite

Le mot “Faillite” repousse.

C’est un mal-aimé, synonyme de crise, d’austérité, de fraude, de dettes, de corruption, de ruine, de chômage, de déliquescence, de catastrophe, de banqueroute, de chute. Le mot “Faillite” renvoie immanquablement à un imaginaire tragique et étouffant, à un champ lexical funeste.

Pourtant, l’émission « Pas la peine de crier » produite par Marie Richeux a consacré, en septembre 2013, une semaine construite autour du mot « Faillite ».
On chemine ainsi à travers la Faillite, qu’on découvre sous un angle économique, spatial, littéraire, plastique, musical.

Focus _sélectif| sur ces 5 jours de ‘faillite’

Une première étape qui s’ouvre sur un volet économique, avec Christian Chavagneux.

Les crises suivent toujours les mêmes mécanismes. L’une des caractéristiques principales comme étant récurrentes dans l’analyse des crises financières au cours de l’histoire, c’est un aveuglement, non seulement au risque du présent mais aussi à ce qu’on a pu vivre comme crash et comme risque dans le passé.

Deuxième étape au « royaume de l’automobile », avec Allan Popelard, géographe, et Florent Tillon, documentariste.

Faire de la dette, une occasion. L’occasion d’approfondir le système libéral.

La crise est une occasion pour sidérer l’ensemble de tout ceux qui continuent de vouloir et inventer autre chose.

Troisième étape autour de la nouvelle écrite en 1936 par Francis Scott Fitzgerald, The crack up (« La fêlure« ).

“Banqueroute émotionnelle”, “passif émotionnel”: l’idée est qu’on aurait un capital émotionnel d’une certaine taille et que si on en abuse, on se retrouve en faillite.

Utiliser les défaillances pour évoluer vers quelque chose de différent.

Quatrième étape où est accueilli le plasticien Jérémy Gobé à propos de L’adresse, installation plastique et vidéo réalisée à partir des chutes de feutre de l’usine désaffectée à Mouzon (Ardennes) et des témoignages des ouvriers.

La faillite, je la vois comme une matière. Ça charge des choses et ce que j’aime, c’est la transmission. Et le fait de ces moments de rupture, de faillite, c’est que c’est des moments propices de transmission. La faillite, la crise, c’est le moment où jamais de se transmettre les choses.

Cinquième et dernière étape avec Sylvain Bertot qui compose une carte blanche sur un empire musical acculé à la faillite en 2006: le label de rap américain West Coast « Death Row ».

C’est un vrai processus d’effondrement, à savoir un moment d’euphorie, un moment de toute-puissance et une dégringolade causée notamment par l’illégalité. […] Il y a une forme d’arrogance dans cette période de toute-puissance qui a un rôle politique.

Pour citer cet article : "France-Q sur le chemin de la Faillite" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 19/11/2015. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/970.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *