C’est l’histoire d’une “thèse en faillite” … (ou comment une thèse peut être semée d’embûches)

… ou presque. Commençons par enlever tout quiproquo : non, je ne suis pas du tout en train de “déposer le bilan” ou de “rendre les armes”. Certes, j’aurai mis un certain temps pour faire aboutir ma thèse (pour différentes raisons que je ne développerai pas ici) mais je peux enfin dire que le jour J approche à grands pas.

En fait, c’est un jeu de mots car ma thèse a consisté à étudier le quotidien des chambres de procédures collectives (là où l’on juge les entreprises déclarées en faillite) d’un grand tribunal de commerce “de province” (que je hais cette expression !). Et, on peut se l’avouer, il y a des sujets de recherche sûrement plus sympathiques que d’autres, certains plus conventionnels que d’autres (non je ne balancerai pas), et donc il est tout à fait possible de convenir qu’étudier les faillites d’entreprises puisse être un “sujet sombre et déprimant”. Cela m’avait même valu d’ailleurs d’être qualifiée de croque-mort ! Bref. Je fais une thèse de sociologie sur les faillites d’entreprises. 

Mais au tout départ, ma thèse (cette thèse sur les faillites d’entreprises) est née de la mise en faillite de mon projet de thèse …Je m’explique. Au tout début, le sujet de thèse avec lequel j’ai été acceptée en doctorat devait porter sur les “femmes et hommes dans l’entrepreneuriat. Perspectives croisées France, Suède, Cameroun” ! D’ailleurs, le catalogue de thèses.fr en témoigne >>> https://theses.fr/s178138 Il s’agissait d’un projet construit avec une association promouvant, développant et soutenant l’entrepreneuriat des femmes dans le cadre d’un financement CIFRE .

Mais une fois le projet déposé et accepté, l’association y a mis un terme et n’a pas donné suite pour des raisons financières. J’étais inscrite en doctorat et pour le coup, j’ai choisi de ne pas en rester là de mon côté. Pendant un an, j’ai donc reconstruit un sujet de thèse en partant de ce thème de l’échec dans l’entrepreneuriat et cela m’a conduit à me focaliser sur l’institution qui est en première ligne : le tribunal de commerce. 

Terminer ou abandonner un travail doctoral ? De nombreux doctorants en sociologie se sont posé cette question avec plus ou moins de force. Alors que certains renoncent à poursuivre une thèse, d’autres finissent par présenter publiquement leur travail après avoir traversé des périodes de fortes incertitudes, d’autres enfin semblent plus protégés de ces remises en question.

Sandrine Nicourd

J’étais très loin de bénéficier d’une “position frontalière” comme Flora Bajard qui a enquêté sur le milieu des céramistes (étant elle-même fille de céramistes) ou comme Soline Blanchard qui étudié l’émergence de l’accompagnement à l’égalité professionnelle en ayant été elle-même consultante en égalité professionnelle au sein d’une structure associative. Aucun lien direct ou indirect ne me reliait à cet “drôle” d’objet d’étude pas très glamour (a priori du moins). Originaire d’un village de Bourgogne, je suis issue d’un milieu populaire en total contraste avec des juges qui sont porteur·es d’une certaine supériorité sociale (ma mère était “fille de café” et mon beau-père chauffeur-livreur pour un grossiste de fruits et légumes). Je n’étais donc pas du tout familière des magistrat·es et encore moins de la culture juridique en matière de droit commercial. Ni dans ma famille proche, ni dans mes cercles d’ami·es, je n’ai eu, même indirectement, de professionnel·les du droit. C’était donc un rendez-vous en terre inconnue mais je peux tout à faire dire que mon enquête de terrain a bénéficié d’un accueil plus que bienveillant de la part des juges, ce qui a grandement contribué à mon implication et à mon engagement dans mon travail de thèse. Preuve de cette affection, j’ai pu noté dans mon carnet de terrain lors de ma sixième observation d’audience : “Aujourd’hui c’était un peu difficile. J’étais dans un bad trip avant d’arriver. Mais après avoir été super bien accueillie, mon terrain me fait du bien.”

Une “embûche” importante a profondément marqué mon travail de thèse alors que mon enquête avait commencé depuis 7 mois : la mort de ma mère des suites d’un cancer à l’estomac qui s’est généralisé. Elle avait émis le souhait de mourir chez elle et pour rendre cela possible, j’ai mis en place avec les médecins une hospitalisation à domicile et suis retournée vivre aux côtés de ma mère et de mon beau-père. Durant toute cette période, quand j’y repense, j’ai eu deux pratiques compulsives : compiler et compiler encore mes données statistiques et faire et refaire ma manucure. J’ai également pu faire marier mes parents trois jours avant que ma mère ne décède. 

C’est aussi durant cette épreuve qu’une collègue maîtresse de conférences en histoire m’a contacté pour me motiver à présenter un dossier pour un Ater qui n’avait pas été pourvu et pour lequel mon profil correspondait. Je n’avais pas candidaté (j’étais dépassé par les évènements dus à la maladie de ma mère) et le délai était dépassé. L’appel et l’intervention de cette collègue (le réseau féministe nous avait réunies) m’ont permis d’intégrer ce poste que j’ai débuté une fois rentrée chez moi, après l’enterrement de ma mère. Une fois installée dans mes fonctions d’Ater, j’ai repris mes présences au laboratoire plusieurs fois par semaine, ce qui m’a permis de ne pas sombrer et rester connectée au travail de thèse.

S’en est suivi, quelques temps plus tard, mon élection au sein du Comité Exécutif de l’Association Française de Sociologie. C’était en 2017, au congrès d’Amiens. Je m’étais présentée avec une profession de foi que j’ai conclue en déclarant “Si vous votez pour moi, vous pourrez dire qu’au moins une fois dans votre vie, vous avez voté Blum !”. Elle fait de l’humour la fille 🙂 (je ne sais pas si je pourrais refaire ce genre d’intercade !) Mine de rien, intégrer une telle organisation est véritablement heuristique et m’a permis véritablement de ne pas décrocher. 

Faire une thèse est une épreuve de fond (et il faut être honnête : je ne suis pas ce qu’on peut appeler une grande sportive) qui constitue bien souvent une “boîte noire”.  Sans prétendre esquisser une socioanalyse, il me semble important de donner à voir les quelques lignes biographiques qui structurent tant le rapport au terrain de recherche que la poursuite (ou non) du travail de thèse, plutôt que de “fantasmer un chercheur positivé et objectivé derrière une méthode scientifiquement garantie” (Jean-Philippe Bouilloud, Devenir sociologue, 2009). 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Virginie Blum (2022, 23 juillet). C’est l’histoire d’une “thèse en faillite” … (ou comment une thèse peut être semée d’embûches). _contre Entreprendre|. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjc9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.