[SPECIAL GUEST] Denis Colombi et sa thèse sur la mobilité internationale

« Ma thèse en faillite! » c’est ÇA  et je suis ravie d’accueillir en deuxième guest Denis Colombi qui nous offre ici une savoureuse compilation des coulisses de sa thèse !

Faire une thèse en sociologie revient basiquement à s’imposer une série d’interactions improbables, c’est-à-dire où ni vous ni personne ne sait trop comment se dépatouiller de la chose. Prenons l’exemple le plus simple, celui que redoute tout thésard, le fameux « et alors c’est sur quoi ta thèse ? ». Évidemment, l’inquiétude en sociologie est un peu différente de celle du ou de la jeune matheux.ses : impossible de mettre un terme à ce moment déplaisant en égrenant une série de mots compliqués qui ne débouchera jamais sur une question sur la thèse elle-même mais plus sûrement vers un souvenir de cours de math de collège (du type « mon prof de math de cinquième qui portait des sandales avec des chausettes »). Non, en sociologie, le risque existe toujours que l’interlocuteur.e veuille en savoir plus, ou pire, se sente obligé.e de donner son avis. Dans mon cas, l’une de mes premières expériences en la matière s’est joué à la machine à café avec un collègue enseignant :

« Alors, tu fais une thèse ?

– Ben oui.

– Et c’est sur quoi alors ?

– Les expatriés.

– AH ! ILS SONT TOUS DE DROITE ! ».

A partir de là, comme vous pouvez en douter, il reste peu d’options : essayer d’expliquer que ce n’est pas vraiment – pas du tout en fait – mon sujet ni mon souci, rentrer dans une discussion sur pourquoi c’est quand même un poil plus complexe (oui, ils votent majoritairement à droite aux élections, mais en même temps, c’est variable selon les régions, cela ne prend en compte que ceux établis durablement hors de France et inscrits sur les listes électorales à l’étranger, alors que la mobilité internationale est aussi constituée de flux, et donc de personnes qui votent en France ou ne votent pas d’ailleurs…),  ou acquiescer avec un sourire en espérant que la personne n’embraye pas sur ses souvenirs d’Erasmus ou quelque chose d’approchant.

Evidemment, mon erreur peut sembler patente : donner de mon sujet une formulation en « langage commun », faisant inévitablement appel aux représentations et typifications communes pour nourrir la poursuite de l’interaction. A ma décharge, j’étais jeune, naïf et en début de thèse – contrairement à maintenant où je ne suis plus que naïf. Et surtout, dans la queue pour choper mon chocolat chaud de la recré – oui, je ne bois pas de café, un handicap social de plus – je n’avais pas forcément envie d’expliquer que je travaillais en fait sur les transformations des marchés du travail dans un contexte d’internationalisation, et que mon vrai intérêt ce n’étaient pas les « expatriés » (ou plutôt les « migrants qualifiés ») mais les institutions du marché du travail, comprises comme des catégories de pensées qui organisent l’action économique. Bref plein de termes ch… techniques qui ne m’auraient probablement attiré de la part de mon interlocuteur qu’un sourcil levé et une pensée méprisante pour ces collègues qui se croient meilleurs que tous les autres à vouloir faire des thèses plutôt que d’enseigner (quelque chose que j’ai également entendu dans une autre situation où, du coup, j’ai lâchement fait le choix de ne pas évoquer mon propre doctorat en cours et d’aller m’asseoir ailleurs à la prochaine récréation…).

Autre interaction tout à fait improbable : l’entretien sociologique. Alors oui, on apprend à le maîtriser, mais même avec de la pratique, il y a quand même généralement 50% des participants qui ne savent pas exactement ce qu’il se passe – les enquêtés le plus souvent. C’est-à-dire qu’ils se retrouvent avec une personne difficile à situer qui vient leur poser toutes sortes de questions plus ou moins intimes avec pas grand chose à offrir en échange, à part éventuellement de payer le café ou la bière. J’exagère un peu, il y a des situations diverses bien sûr, parfois l’on peut être introduit par un tiers, ou l’on a quelque chose de plus à offrir, mais dans l’ensemble, tout cela reste étrange, et pour la plupart des enquêtés, la relation avec le.a sociologue n’a ni équivalent ni répétition. Du coup, les malentendus sont nombreux. Situation classique : celle où l’enquêté.e rapporte la situation à une qu’il ou elle connaît déjà. Dans mon cas, je me suis retrouvé avec de belles présentations de soi dignes d’un entretien d’embauche. Et comme le sociologue a, dans certains cas, plus à voir avec le détective un peu pointilleux qu’avec le chasseur de tête tout sourire – du moins si l’on suit les conseils de ce bon vieil Howie (demander « comment » et pas « pourquoi ») et ceux de mon DR (« des détails concrets, demande-le où ils ont mis leurs gosses à l’école, qui ils ont rencontré, tout ça ») – ça peut vite donner des moments de tension pas très facile à gérer. C’est le cas de ce dirigeant d’entreprise interviewé via Skype (travailler la mondialisation ne veut pas dire que l’on a le budget pour faire un aller-retour vers l’Amérique centrale juste pour faire un entretien) qui finit par s’énerver de mes questions : « Ah, mais vous m’avez l’air beaucoup trop intéressé par la question du logement vous ! ». Il faut dire qu’alors qu’il me déroulait sa success story d’intégration à l’étranger, mes questions faisaient peut-être un peu trop ressortir son installation dans les quartiers les plus internationaux et les plus chics… La fin de l’entretien est venue vite et mes dernières questions ont dû se contenter de réponses bien courtes. Pas facile de « s’imposer aux imposants » comme on dit.

Autre population, autres malentendus. Certain.e.s supposent que l’enquête sociologique n’est qu’un prétexte et que je suis en fait à la recherche d’un job. Et prennent les devants en me conseillant sur mes choix professionnels futurs et supposés… C’est notamment le cas pour ceux qui sont sociologiquement le plus proche de moi : jeunes, diplômés, et hommes. Avec des suggestions parfois étranges : l’un d’eux me conseille ainsi de devenir « intervieweur (sic) pour Libération ». Je ne sais pas pourquoi Libération. D’autant que son discours très critique envers les « lois sociales en France » ne doit pas le porter spontanément à apprécier un tel repaire de bobos gauchistes. Peut-être que j’aurais dû mal le prendre. Je ne saurais jamais.

Plus gênant : l’enquêté qui me demande si je ne peux pas l’aider à trouver un boulot. Sachant que dans son domaine, il occupe à tout point de vue le haut du panier, que ce soit par les diplômes, le lieu d’exercice, les postes occupés, le réseau relationnel, etc. Mais « je suis à un stade où je dois faire un changement de carrière, je cherche dans [tel secteur], si tu connais des gens »… Et soudain, je me rends compte qu’il n’a peut-être accepté l’entretien que dans l’espoir que… Et je n’ai strictement rien à lui offrir en la matière. Un moment de gêne parmi tant d’autres.

Enfin, dernier type d’interactions improbables : celle qui ont lieu lorsque l’on présente son travail et ses résultats. En soi, c’est souvent plus normé puisque c’est un moment essentiel de tout travail scientifique. Et devant ses pairs, il y a finalement peu de problèmes – enfin, si bien sûr : du stress, des désaccords et ce genre de choses, mais rien que du très normal finalement. Par contre, on est parfois sollicité par des journalistes ou des politiques, et là, c’est tout de suite une autre paire de manches, dans la mesure où elles et eux ne savent pas toujours quoi faire d’un sociologue. Bloguant depuis maintenant dix ans, j’ai eu droit à quelques demandes parfois… étranges, à tel point que je n’ai jamais donné suite. Un billet les Lolcats m’a par exemple valu un certain nombre de mails de journalistes et même une citation dans Le Monde… et il est toujours gênant de devoir répondre qu’il s’agit d’un billet parodique, publié un 1er avril dans la catégorie « Sociologie humoristique », qui discute les conclusions du professeur Boulet et qui contient des phrases comme « reconfiguration de nos habitus autour du kawaii ». Je suppose que ça veut dire que j’ai raté ma blague, mais quand même. Les demandes plus étonnantes ne portaient pas sur mon sujet de thèse, mais sur des questions parfois sans rapport avec mes recherches ou même ce dont je parlais sur Une heure de peine. J’ai ainsi été sollicité pour donner mon avis sur une polémique autour de la couleur de peau du père Noël aux Etats-Unis. Pourquoi moi ? Je suppose que parfois les journalistes ont besoin d’un sociologue de service pour donner son avis rapidement sur le sujet du moment. Il m’arrive de penser que, en ne répondant pas ou en répondant négativement à ces invitations, je suis peut-être passé à côté d’une grande carrière d’intellectuel médiatique et que j’aurais pu finir par tenir une chronique chez Ruquier. Je l’ai échappé belle. Et vous aussi.

Parmi ces sollicitations, beaucoup portaient sur la question du genre que j’ai abordé de façon régulière il y a quelques années. On voulait surtout mon avis sur le harcèlement du rue, à cause d’un texte inspiré de Goffman que j’avais commis à ce propos – et que je pense être plus une illustration de l’utilité des idées de Goffman qu’une contribution décisive à un débat important. Comme il y a des personnes beaucoup plus compétentes que moi sur la question, j’ai systématiquement renvoyé mes interlocuteurs à d’autres personnes. Mais l’un des mails m’a particulièrement marqué : un journaliste qui voulait écrire un papier sur les commentaires faits par les personnes âgées assis sur les bancs dans les parcs publics à propos des femmes plus jeunes. Qu’est-ce que vous voulez au juste dire sur un truc pareil ? Je ne sais pas si la personne en question a finalement écrit son article, encore moins si elle a finalement trouvé un « spécialiste » de la question. Pas sûr que ça manque au monde en tout cas. Si vous voulez écrire un papier sur les commentaires sexistes, il y a sans doute un angle d’attaque… meilleur, voilà, on va juste dire meilleur.

Sur mon propre sujet de thèse, j’ai également été sollicité. Notamment par une commission d’enquête de l’Assemblée nationale : j’ai publié le texte de mon intervention ici. Expérience étrange, ne serait-ce qu’au moment où je reçois le mail et où je me demande si ce n’est pas un canular. Oui, j’ai failli ne pas répondre en me disant qu’on me faisait une blague… Et aussi lorsque j’ai vu que le sujet de la commission était « l’exil des forces vives ». Parce que cette expression concentre à peu près tout le cadrage politique que ma thèse m’a conduit à combattre. A partir de là, se pose la question : j’y vais ou j’y vais pas ? Je prends le risque de ne pas être entendu ou que mon propos soit détourné ou je reste chez moi ? Finalement j’y suis allé, et ça s’est globalement bien passé, même si immanquablement au moment des questions des quelques députés présents – oui, toute la commission n’était pas là, je ne suis pas franchement une star – les uns et les autres essayaient de me faire dire ce qu’ils avaient envie que je dise. Par exemple qu’il faut un lycée français supplémentaire ici ou là. Ou parler des jeunes sortant de formation d’hôtellerie que je n’ai pas étudié.

Mais la vraie faillite dans cette expérience est plus personnelle. L’intervention était filmée, et pendant que je parlais j’avais un écran retransmettant ma propre image… Et je me suis retrouvé plusieurs fois à vouloir relever mes cheveux me tombant sur le front en me trompant de sens.

Alors si je ne devais tirer qu’une seule leçon de ma thèse ce serait celle-là : ne mettez pas un écran de retransmission devant l’orateur. Vraiment. Ne faites pas ça. C’est mal.

PS: « Ma Thèse en Faillite ! » a sa page Facebook : https://www.facebook.com/maTheseEnFaillite/

Crédits Image à la Une : ©Denis Colombi


Une réflexion sur « [SPECIAL GUEST] Denis Colombi et sa thèse sur la mobilité internationale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.