1749 à Lyon – Journal (inédit) d’un marchand mis en faillite

Parmi les papiers des commerçants mis en faillite par le Tribunal de la Conservation des Privilèges de Lyon, ceux d’Alexis Allard pour la dissolution de son activité……………………………

« Récit des chose les + remarquables qui sont arrivé depuis le premier janvier 1749 jusqua

premierement le per janvier 1749 les camelotiers sétant retranchés au logis neuf proches la variselle la Brigade dés garde de la doane acompagné de leur capitaine et lieutenant lés ont poursuivis et netant pas assés fort Mr Adine a prié Mr le commandant de lui donnér lés soldat dés portes et le guet pour renforcer ces gardes
il sont party a 4 heure du soir le quartier de St george Etant de garde apris le poste dés portes : le quartier de rue n??? lés a relevé jusque a 4 heure du 2 janvier que le soldat sont revenu et ont pris leurs poste : il y a eu deux camelotier de tué et un lieutenant dés gardés tué deux chevaux tué quatre balle de marchandise de pris et quatre camelotier prix que lon amené a valence
le 3e un bateau de bois de moule aperir contre le pont de belle cour
le 16 un bateau de fe?ue que lon menait aux gallerien a puise au desus du point de pierre
le 17 lon reconnu lexecuteur de la haute justice pour fille ayant Eté amené de son apartement de la guilliotière par un huisier nommée Constant en carosse a Mr le procureur du Roy qui la fait visiter elle etoit de langres En champagne elle sapelloit henriette désbarmes fille de jay??e desbarmes maitre cordonnier setant adonné au vice elle san fut par le languedoc elle fut a montpillier une sa camarade ne sachant que faire elle se travuesty en garson et se presenta pour Etre Ex?????? et fut resus la premiere execution quelle fit ce fut ???????? en suite a lyon »

Côte 8B618 – Archives du Rhône – CC Virginie Blum

En feuilletant machinalement un des journaux de comptabilité d’Alexis Allard, au milieu du carnet, le marchand a tenu une chronique. J’ai été  subjuguée lorsque je le découvris ! Mon rythme cardiaque s’est littéralement accéléré ! Ce fut mon premier émoi aux archives où j’allais, en parallèle de ma thèse de sociologie, égrener quelques heures par mois. Le « goût de l’archive » – comme l’écrit Arlette Farge – ne se limite pas aux historien-nes 🙂

du 15e fevrier 1749 les impot sur le cuivre est le suifs et sur le papier et cartonline et poudre a poudré ont été levé
le meme jours sont arivé de paris par le coches par terre deux volleur qui setoit randu apellant au parlement de paris qui ont Eté renvoyé a leur premier jugement lun Etoit voleur du tronc dénay lautre Etoit un nomme Berthier qui avait Eté elévé a St anthoine qui avoit plusieurs service dargent et une montre et du linge
le 15e le dit Berthier a eté pandu a la place dés terreaux par un boureau qui venait de larmés de don philipe
le 17e la paix a Éte publié par le crieur de la ville acompagné dés trompettes et timballes
le 18e lés rejouissance se sont faite il a en dés Bareilles devint par lés place et des feux dans tous les quartier sur les terreaux il y avait un feux manigfique toute la maison de ville Etoit illuminé
le 27 a huit heure du soir lon a trouvé un Enfant Expose ala rue mulet a la porte de Mr Chalmette cetoit une fille qui senommoit marie vincent ne le 27 may 1747

Au XVIIIe siècle, comptabilité et écrits du for privé sont effectivement liés. Anne Béroujon, dans son ouvrage Peuple et pauvres des villes dans la France moderne (2014), écrit à ce titre que « de l’écriture comptable à l’écriture familiale, les passerelles existent […]: l’hybridation est pratique courante, mêlant le crédit, les calculs, les dessins, les essais de plumes, les listes en tout genre, les notes sur la mort et la naissance des proches et les annotations plus personnelles » (p.206).


Côte 8B618 – Archives du Rhône – CC Virginie Blum

Cartes de jeux, servant de reconnaissance de dettes, et échantillons de tissus divers et variés agrémentent également les livres de comptes d’Alexis Allard.

Alexis Allard habitait rue Neuve à Lyon. En 1750, il déclare 120 livres environ de revenu annuel – son impôt du Vingtième d’Industrie s’élève à six livres (soit 5% des revenus).


Côte 8B618 – Archives du Rhône – CC Virginie Blum

Durant deux ans, Alexis Allard a multiplié des récits du quotidien sur un ton tout à fait impersonnel – à aucun moment, la première personne n’est employée. Compte-rendu d’une époque, le journal d’Alexis Allard présente une forme journalière, formelle, sans intimité, sans intériorité.

Au jour le jour, le récit d’Alexis Allard s’affaire à rapporter  principalement des faits météorologiques, des faits divers et des évènements judiciaires (les anecdotes en matière d’exécution ne manquent pas!).

dans le mois de janvier 1750 la Saonne a glacé depuis lyon jusque a chaton le rhone a chargé dés glace En plain tous lés puit de lion ont taris
le lundy 26 du prensent mois lon a mené par le coche un homme de condrieux qui revenoit de paris pour Etre confirmé a son premier jugement
lon la amené dans un fiacre aux prison de l’archeveche le lendemain 27 lon la sorty de la prison
lon la fait passé par desous la voute de larcheveches et par la bombarde et par la breche de St jean portan une torche ardante a la mains lon la conduit devant la grande Eglise a un poteaux lon la fait mettre a genoux la ou il demande pardon adieu et alla justice
ensuitte lon lui a coupé une mains de la lon la conduit a un Echafaut de lotel de Mr le doyen la ou il eté ronpu vif par lexecuteur de la aute justice et mis sur la roue en suitte lexecuteur lamis dans un sac sur un cheval pour le mener Exposer au porche de condrieux pour avoir tire sa mere dans le vandange derniere

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.