« pourquoi avoir choisi les faillites d’entreprises comme sujet de thèse »

Pas plus tard qu’hier, c’est mon voisin qui me posa la question et il va sans dire qu’il n’était pas le premier ! L’interrogation est tout à fait légitime car on peut se l’avouer, les faillites d’entreprises comme objet d’étude, il y a plus sexy ! …et moins morbide !

A vrai dire, quand j’ai commencé ma thèse, je ne m’étais pas vraiment posé la question mais très vite, lors d’un déjeuner entre collègues, il y a eu une professeure de littérature française qui, la première, m’a interpellé en me demandant pourquoi j’avais choisi ce sujet. Je n’ai pas du tout su quoi lui répondre. (Un bref épisode que j’ai notamment parodié ICI!). Ben oui je n’y avais même pas songé! C’est à partir de là que j’ai commencé à chercher ma planche de salut (comme quoi!)

CC Virginie Blum

C’est 8 mois après cette « offensive » (ben oui quand même un peu!), à Paris, que tout s’est débogué. C’était l’été – août plus précisément – et j’avais décidé de m’exiler un mois durant chez une amie très chère qui, elle, avait rendu son manuscrit de thèse et était sur le point de soutenir. Ambiance ambiance quoi…! J’avais emmené avec moi une valise digne d’une doctorante —>> 🙂

Alors je vous arrête : non, je ne suis pas une « enfant de la faillite »! Point de chef-fe d’entreprise dans ma famille qui a fait faillite. Trop facile comme explication et tellement surfait ! LOL. L’ironie veut quand même que mon père biologique ait été récemment représentant des salarié-es dans la procédure de redressement judiciaire de l’entreprise de transports dans laquelle il travaillait.

Non ce qui a alimenté ce choix d’étudier pour ma thèse les faillites d’entreprises, c’est tout d’abord mon indécrottable esprit de contradiction (n’en déplaise à beaucoup!). En effet, alors que l’entrepreneuriat/la création d’entreprises ne cessent d’occuper l’agenda politique, médiatique et scientifique, j’ai préféré aller à contre-courant de cette tendance et donc, m’intéresser au thème de l’échec. Et mon intérêt s’en est trouvé encore plus renforcé lorsque j’ai compris – comme j’en ai parlé ICI – qu’en sociologie, les faillites d’entreprises étaient loin d’être un objet d’étude pertinent ! Et je vous dirai aussi que c’est souvent lorsqu’on ne se sent pas véritablement à sa place que l’on est conduit à poser des questions qui ne sont pas véritablement à leur place…

Ensuite, de façon beaucoup plus intime et personnelle, c’est aussi parce que je suis taraudée par l’échec, par la peur de l’échec, par l’angoisse de ne pas être à la hauteur des attentes…c’est ma « névrose de classe » à moi ! disposition psychologique héritée de l’épreuve qu’a été (et est toujours) pour moi d’être promue socialement par un niveau de diplôme élevé alors qu’étant issue d’une famille ouvrière où ma génération et celles qui me précèdent n’en détient aucun1 . La note de bas de page parlera pour moi…

Alors « pourquoi j’ai choisi d’étudier les faillites d’entreprises »… CQFD!

Epilogue 

Plutôt que de mettre de côté cette inscription sociale, de la considérer comme un artefact déplorable mais inévitable, ou de fantasmer un chercheur positivisé et « objectivé » derrière une méthode scientifiquement garantie, ne faudrait-il pas se demander quels sont ces liens, comment s’articulent ces deux dimensions de l’existence de tout chercheur, inévitablement présentes toutes deux, puisque tout chercheur est aussi une personne ? En effet, n’est-il pas plus conforme à toute la tradition sociologique que de se demander quelle est la signification que revêt pour des acteurs de la recherche sociologique leur inscription sociale, et d’essayer de voir les influences, questions et tensions qui s’y décèlent ?

Jean-Claude Bouilloud (2009), Devenir sociologue, Toulouse, Erès, p.16

 

PS: « Ma Thèse en Faillite ! » a sa page Facebook : https://www.facebook.com/maTheseEnFaillite/

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "« pourquoi avoir choisi les faillites d’entreprises comme sujet de thèse »" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 11/07/2017. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/2826.
  1. Expression forgée par Vincent de Gaulejac avec son livre du même nom – La névrose de classe paru en 1987 aux éditions Hommes et Groupes. Très bien résumée par Emmanuel Poncet dans un article de Libération du 7 février 2002, la « névrose de classe » désigne « cette structure psychique particulière qui touche les individus dont la promotion sociale, à travers l’école notamment, a été vécue douloureusement. Un passage contrarié d’une classe sociale à l’autre, ressentie comme une trahison des parents, un éloignement du milieu d’origine, une ‘rupture d’identification’ très fréquente chez les intellectuels » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *