« brèves de prétoire (où l’on parle de dents et de blanchiment d’argent, de pompes funèbres et de décès en baisse….) »

Pour ce cinquième épisode de « Ma thèse en faillite ! » [si vous avez loupé les précédents, c’est par ICI 😀 ], j’ai envie de revenir sur les quelques huit mois passés à écumer les audiences de procédures collectives, huit mois où j’ai noté à la chaîne ce que pouvaient dire les dirigeant.es venu.es expliquer la faillite de leur entreprise (entre autres parce que j’ai aussi dessiné mais ça, j’y reviendrai peut-être dans un autre épisode). 

CC Virginie Blum

 

« Les audiences sont un théâtre. Un théâtre où on rigole, on ades crises de rire (étouffé ou non) mais aussi où se jouent des drames. »

– Notes de terrain, 27 mars

 

  • Pompes Funèbres et Mortalité en Baisse 

Voilà que la dirigeante d’une entreprise de pompes funèbres se présente à la barre du tribunal pour la poursuite de son redressement judiciaire. Et son avocat, sérieux, d’avancer comme argument principal pour expliquer l’origine de cette faillite : « Il y a eu quand même 10 000 décès de moins en France l’année dernière ! »…. il m’a tué et les juges avec 😀 et je dois avouer que je m’éclate toujours à caser cette anecdote dans une communication !

  • Du Blanchiment d’Argent au Blanchiment des Dents 

Se présentent à la barre trois hommes, la quarantaine et biens mis sur eux, qui s’étaient associés pour monter leur boîte. Ils sont venus recourir en liquidation judiciaire. Après que le juge ait récapitulé les informations portées au dossier (nom de l’entreprise, montants des dettes, etc.), à la question « En quoi consistait exactement votre activité ? » que celui-ci lance à l’adresse des trois compères, l’un d’eux répond : « On importait des machines pour le blanchiment d’ARGENT ! » Je vous laisse imaginer la scène. Chaque oeil s’écarquille – les miens autant que celui des magistrats. Le dirigeant se corrige instantanément : « blanchiment des DENTS ! » Du sourire aux lèvres, je passe au rire (étouffé et discret parce que nous sommes tout de même en audience au tribunal) et à vrai dire, le pauvre homme n’en menait pas très large à la barre. On le sentait fébrile. Et au juge, sarcastique, de lui répondre : « Il y a des choses à ne pas dire dans ce tribunal ! »

  • Un Petit Goût de Reviens-Y… ou Pas

La dirigeante d’un salon de coiffure espérait obtenir l’accord du tribunal pour un redressement judiciaire. Accompagnée de son conseil, elle a mis beaucoup d’énergie dans son réquisitoire. Les juges se retirent quelques instants pour délibérer. La dirigeante trépigne. Les juges reviennent : c’est non pour un redressement judiciaire. L’entreprise est placée en liquidation judiciaire. A cette annonce, la dirigeante est agacée, elle tente de faire bonne figure mais s’énerve et déclare alors : « Je ne laisserai pas tomber. Vous me reverrez. » …. ou pas, parce que si tu reviens, c’est que tu as refait faillite quand même !

  • Pas Besoin de Payer ma Salariée, Je Couche avec Elle

Un dirigeant se présente à la barre avec sa salariée. Ventripotent, quelque peu négligé, l’homme au visage joufflu, grand ; la femme, à sa gauche, atteignant tout juste la hauteur de ses épaules. Le juge instruit le dossier, il durcit le ton et relève que la salariée n’est plus payée depuis un an et demi : « Madame, vous travaillez pour l’entreprise sans être payée depuis un an et demi ?! » Le dirigeant, sûr de lui, répond pour elle : « C’est normal. C’est ma copine. »

 

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum 

 

PS: « Ma Thèse en Faillite ! » a sa page Facebook : https://www.facebook.com/maTheseEnFaillite/

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.