Les faillites d’entreprises, un objet sociologique pertinent ?

On peut facilement dire que  la sociologie aborde le monde qui nous entoure dans tous ses plis et replis, de l’école au marché du travail, de la culture à la consommation, de la justice à la religion, de la prison à la santé, de la famille à l’environnement mais il est un sujet qu’elle a peu « dérangé » : les faillites d’entreprises. La réception académique de la défaillance d’entreprises s’est en effet arrêtée aux portes de la sociologie a contrario d’autres disciplines qui ont pu en faire un champ de recherche à part entière1 , comme les sciences de gestion, l’économie ou encore l’histoire. Les faillites d’entreprises restent aujourd’hui en dehors des radars de la discipline sociologique. Et pour y mettre un peu d’humour, j’en suis même à qualifier les faillites d’entreprises d’ « OSNI » : Objet Sociologique Non Identifié.

La revue de littérature effectuée au début de ma thèse illustre ma remarque. De mon travail de recherche bibliographique, j’ai pu tirer 3 articles (seulement!) publiés chacun à 10 ans d’intervalles (aucun fait exprès je pense!).

Résumé: La faillite, aujourd’hui rebaptisée « redressement des entreprises en difficulté » participe de ces dispositifs semi-autonomes de régulation dans lesquels ressources juridiques et ressources sociales se combinent pour gérer les problèmes sociaux et économiques que soulève la restructuration du capital. Mais l’expert prend de plus en plus la place du notable des affaires. La crise économique et la vague de faillites ont contribué à disqualifier une intervention judiciaire qui reposait sur la délégation à des juges- notables, assistés de syndics, de l’autorité du droit. Avocats d’affaires et comptables en profitent pour essayer de prendre pied sur ce nouveau marché des services aux entreprises, en se présentant peu ou prou comme business doctors ou experts en gestion et en réorganisation. La concurrence sur ce nouveau marché porte en germe une redéfinition de la compétence professionnelle, liée traditionnellement à une idéologie de la distance et du désintéressement. L’importation du modèle américain de la Wall street law firm, après celle des grands cabinets d’audit à l’anglo-saxonne, les big eight, contribue ainsi à réserver aux groupes dominants de l’économie l’excellence des services professionnels.

    • En 1999, est paru dans la revue L’Année sociologique (49, n°2) un article d’ Yves Chaput avec pour titre « De la faillite à la gestion du surendettement: sociologie des plans de redressement des entreprises en difficulté » (pp.305-338).

Résumé: Les réformes du droit de la faillite entre 1984 et 1985 se sont inspirées des postulats des sciences de gestion. Il ressort d’études statistiques, notamment celles du CREDA de la Chambre de commerce et d’Industrie de Paris que les tribunaux français, lorsqu’ils adoptent des plans de redressement d’une entreprise, sont sensibles à des préoccupations d’efficacité économique. Pourtant, les lois sur les faillites des entreprises semblent être toujours un échec. Cela tient sans doute au fait que le droit n’est pas capable de créer de la prospérité économique et qu’il n’arrive pas à satisfaire en même temps des intérêts contradictoires, notamment entre les différents créanciers de l’entreprise.

Résumé: Cet article présente une analyse sociologique des échecs organisationnels de jeunes entreprises pionnières dans des secteurs économiques émergents, à partir d’une étude de cinq cas. Il interprète les projets pionniers comme visant la création ou la modification d’institutions sociales. Dans cette perspective, l’échec peut résulter de l’incompatibilité avec un ordre institutionnel bien établi, de l’inexistence d’un tel ordre, ou de l’insuffisance des ressources sociales dont disposent les entrepreneurs.

Outre sa parcimonie, quelques remarques peuvent être émises sur ce « fonds » bibliographique. Alors que l’article de Gerhard Krauss se base sur une notion plus arbitraire – et moins précise – de « l’échec », les articles d’Yves Dezalay et d’Yves Chaput aborde LA défaillance d’entreprises dans ce qu’elle est un évènement judiciaire. Cependant, la législation a changé depuis la publication de ces deux articles, changements qui n’ont donc eu aucun écho sociologique.

La défaillance d’entreprises reste le parent pauvre de la sociologie, notamment en France, dans le sens où elle n’est qu’en négatif et secondaire dans la recherche sociologique, dans les travaux sur les juges des tribunaux de commerce2 comme dans ceux sur les  travailleur.es menacé.es par des licenciements économiques3.

Les raisons de ce non-traitement des faillites d’entreprises ? La réponse à cette question est vaste et relancerait sans aucun doute le débat sur le point de vue situé de la recherche sociologique, sur la connivence entre production intellectuelle et intérêts culturels et socio-politiques qui guident l’analyse…

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "Les faillites d’entreprises, un objet sociologique pertinent ?" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 17/05/2017. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/2552.

  1. Sur ce point, plusieurs états de l’art ont été réalisés: voir notamment B.Guilhot (2000), « Défaillances d’entreprises : Soixante-dix ans d’analyses théoriques et empiriques »,  Revue française de gestion, n°130, pp.52-67, ou encore J.-F. Malécot (1991), « Analyse historique des défaillances d’entreprises: une revue de la littérature », Revue d’économie financière, 19, pp.205-227 []
  2. Voir les travaux d’Emmanuel Lazega et Lise Mounier avec Claire Lemercier. Il y a également la thèse de Déborah Flusin-Fleury, soutenue en 2008, sur « Les juges des tribunaux de commerce: des magistrats élus et bénévoles, entre monde économique et monde judiciaire » []
  3. Il y a notamment le travail de Claude Didry sur les comités d’entreprises face aux licenciements économiques et celui de Laurent Aucher sur Le Tribunal des ouvriers []

Une réflexion au sujet de « Les faillites d’entreprises, un objet sociologique pertinent ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *