Dis-moi ton prénom, je te dirai où tu as faillite ! [1/2]

Ou quand une sociologie de la défaillance d’entreprises rencontre la sociologie des prénoms1 … Tel pourrait être le sous-titre de cet article. Parmi mes types de procrastination, il y a celles qui sont « inspirantes » et heuristiques. C’est ainsi que j’ai apprécié le billet paru sur le blog de Baptiste Coulmont : « Line ? un prénom de coiffeuse ! » L’articulation entre deux champs de la sociologie – celui des entreprises et celui des prénoms – m’a séduite. Je me suis alors essayée à l’appliquer avec « mes » entreprises en faillite qui sont l’objet de recherche de ma thèse. Un peu de nouveau grain à moudre me suis-je dit ! Le fait aidant est que je dispose d’une base de données que j’ai préalablement déjà mise en forme et qui recense une quarantaine de critères (dont les noms et prénoms des dirigeant.es) sur les entreprises jugées en procédures collectives au sein d’un des cinq plus importants tribunaux de commerce français.

L’exercice pour moi a été d’extraire les prénoms des dirigeant.es des entreprise qui ont fait faillite entre 2006 et 20142 . Sur cette période, pour la juridiction étudiée, cela représente environ 13 000 affaires, dont 80% impliquaient des entreprises dirigées par des hommes et 20% par des femmes.

Pour aujourd’hui, je propose de regarder du côté des hommes.

Parmi les entreprises qui ont faillite de 2006 à 2014, les prénoms  masculins les plus fréquents3 sont (par ordre alphabétique) : 

Abd(-allah, -el, …)
Alain
Bernard
Christian
Christophe
Claude
Daniel
David
Eric
Franck
Frédéric
Jean(-Pierre, -Claude…)
Laurent
Marc
Michel
Mohamed
Olivier
Pascal
Patrick
Philippe
Pierre
Serge
Stéphane
Thierry

De ces 24 prénoms les plus répandus chez les dirigeants qui ont fait faillite entre 2006 et 2014, on retiendra tout d’abord que ces prénoms ont connu leur gloire des années 50 à 70 (exception faite peut-être du prénom Mohamed). Exit donc la figure du start-upper « génération Y » !

Le prénom est un marqueur révélant une origine sociale, géographique, un âge ou une appartenance religieuse […] et trace encore trop souvent les destins de chacun.4

Poursuivant ma lancée, j’ai ensuite croisé ces prénoms avec les secteurs d’activité des entreprises en faillite en me posant quelques questions simples (j’avais mes petites idées en tête !) :

Comment s’appelle-t-on quand on fait faillite dans les secteurs de la construction ou des transports ?
Comment s’appelle-t-on quand on fait faillite dans les secteurs de la finance-assurance et de l’immobilier ?
Ou encore dans l’industrie ?

➡ Résultats :

  • Ainsi, dans les secteurs de la construction et des transports, au TOP3 des prénoms masculins, nous retrouvons respectivement Patrick – Mohamed – Abd(-el, -erahame, -allah,…) et Mohamed –  Abd(-el, -erahame, -allah,…) – Philippe.
  • Concernant les entreprises qui ont faillite dans les secteurs financier-assurantiel et immobilier, nous avons au TOP3 des prénoms Alain – Philippe – Eric puis Philippe – Pierre – Daniel.
  • Dans l’industrie, les trois prénoms les plus fréquents sont Pierre – Michel – Jean.

La distribution des prénoms selon le secteur d’activité permet de pointer la présence de dynamiques raciales chez les dirigeants qui ont fait faillite. Alors que les secteurs d’activité qui se distinguent socialement (l’industrie, la finance-assurance et l’immobilier) relèvent principalement de prénoms chrétiens (Alain, Philippe, Eric, Daniel, Pierre, Michel, Jean), les deux prénoms arabes présents parmi les 24 prénoms les fréquents chez les dirigeants qui ont fait faillite se concentrent majoritairement dans deux secteurs – la construction et les transports, deux secteurs dévalués socialement.

Les 145 Mohamed sont 48,2% à être dans la construction et les transports et les 145 Abd(-el, -allah, etc.) 44,9%. Dans ces deux secteurs d’activité, les 302 Philippe (2 fois plus nombreux) n’y sont représentés qu’à 21,5%, les 223 Pierre à 18,8%.

A contrario, 1,4% des Mohamed et 4,1% des Abd- sont dans l’industrie mais les Philippe s’y retrouvent à 7,6% et les Pierre à 15,2%. Dans le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques, les Philippe y sont à 18,9%, les Pierre à 17,5% mais parmi les Mohamed et les Abd-, seulement 9% et 9,7% d’entre eux (soit 2 fois moins que les Philippe) y sont présents.

Ainsi, à considérer ces quelques résultats – certes liminaires et partiels, on peut commencer à se dire que si les faillites d’entreprises sont un acte économique (et judiciaire aussi), elles sont également un acte social, recoupant et prolongeant notamment les logiques de racialisation qui structurent le monde social dans son ensemble – comme nous pouvons le deviner avec les prénoms des dirigeants et les profils qu’ils engagent.

 

 

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "Dis-moi ton prénom, je te dirai où tu as faillite ! [1/2]" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 29/11/2017. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/2283.

  1. B.Coulmont, 2014, Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte []
  2. Pourquoi à partir de 2006? car c’est en 2006 qu’entre en vigueur la nouvelle législation en matière de procédures collectives dite « loi de sauvegarde » []
  3. Ces 24 prénoms représentent 55,3% de l’ensemble des prénoms masculins []
  4. Propos de Jean-François Amadieu []

Une réflexion sur « Dis-moi ton prénom, je te dirai où tu as faillite ! [1/2] »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.