Un bonnet vert peut en cacher un autre …

Bonnet vert. Coiffure des banqueroutiers. Prendre, porter le bonnet vert. Faire faillite, être en faillite.1

Le bonnet phrygien est à Marianne ce que le bonnet vert était aux banqueroutiers…

Venu de Rome vers la fin du 16e siècle, l’usage était que les débiteurs insolvables – faillis et banqueroutiers qui déclaraient et cédaient leurs biens de leur propre chef pour éviter la peine de mort, la prison ou les galères – portent en public un bonnet vert.

On peut ainsi trouver la trace de cette coutume dans la fable de La Fontaine La Chauve-Souris, le Buisson et le Canard” :

“Les voilà sans crédit, sans argent, sans ressource,
Prêts à porter le bonnet vert.
Aucun ne leur ouvrit sa bourse.”

Ou encore dans la satire première de Nicolas Boileau :

“Sans attendre qu’ici la Justice ennemie
L’enferme en un cachot le reste de sa vie;
Ou que d’un bonnet vert le salutaire affront
Flétrissent les lauriers qui lui couvrent le front.”

Ne cessant qu’au milieu du 18e siècle, aucune loi ne prescrivait pourtant ce port du bonnet vert; cette marque d’infamie ne fut qu’usage et coutume.

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "Un bonnet vert peut en cacher un autre …" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 13/03/2017. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/2223.

  1. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, http://www.cnrtl.fr/definition/bonnet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.