1915 : Au commencement de la guerre des tranchées

20160302_105145
CC Virginie Blum

 1915, c’est le début de la guerre des tranchées. Personne n’y croyait mais le conflit s’enlise et ce sera long et difficile.

Alors qu'un fils part pour la guerre, son père décide de liquider son entreprise.

Les incorporations s’enchaînent et parmi elles, le 18 décembre 1914, Georges Jean Constant, dessinateur mécanicien, pas encore 20 ans, cadet d’une fratrie de 3 enfants. François Constant voit ainsi son fils Georges incorporé comme soldat de 2ème classe au 58ème Régiment d’Infanterie (par la suite, Georges sera nommé caporal fourrier à l’été 1916). Un mois et demi plus tard, François Constant dépose une requête en liquidation judiciaire auprès du Tribunal de commerce de Lyon pour son activité de construction de pompes. 

François Constant est né au coeur du Puy-de-Dôme, en 1857, dans la ville de Riom où il s’est marié avec Anna Jabot à l’âge de 34 ans. Son père travaillait comme fondeur. Son grand-père maternel, dont il avait reçu le prénom, était cultivateur. François avait également un oncle, Mathieu, qui officiait comme marchand.

Le 30 janvier 1915, assisté de Maître Rollet, François Constant expose par devant le Tribunal de commerce de Lyon :

Que par suite des évènements actuels qui ont complètement paralysé ses affaires, il lui est impossible de faire face à ses échéances; qu’il n’est encore l’objet d’aucune poursuite de la part de ses créanciers relativement peu nombreux d’ailleurs […].

20160302_102019
CC Virginie Blum

La demande fut accueillie le 5 février 1915 par le Tribunal de commerce de Lyon et lors de la 1èreréunion de créanciers 2 semaines plus tard, trois d’entre eux se sont présentés : la veuve Pierrette, François et Cie Caoutchouc ainsi que Brossette métaux. François Constant avait accumulé un passif  de 24 405,10 francs (équivalant à 68 173 euros) dont 16 000 francs de prêts (44 695 euros) qui lui avaient été consentis.

Il habitait un logis modeste au 38 rue Pierre Corneille dans le 6èmearrondissement de Lyon où il tenait également son commerce. La cuisine était meublé d’une table en sapin accordée de 2 chaises cannées et d’une chaise en paille. Dans un petit buffet en sapin, étaient rangées les 20 pièces d’une batterie de cuisine ainsi qu’un réchaud à charbon de bois. Un autre meuble en sapin à 9 tiroirs avait été disposé dans une alcôve annexe. L’appartement avait deux chambres. Dans l’une, d’un côté du lit en fer, un piano Gaspers (en mauvais état) agrémenté d’un pendule en marbre et de 2 candélabres en zinc; d’un autre côté une toilette anglaise surmontée d’une petite glace dorée et une table de nuit. Dans l’autre chambre, se trouvait simplement une armoire en noyer à 2 portes et un second lit en fer.

Au moment de sa liquidation judiciaire, François Constant est veuf et a 58 ans. Avant de s’installer comme constructeur de pompes, il avait reçu un certain degré d’instruction – il savait lire, écrire et compter – et avait travaillé comme négociant puis fondeur. C’est avec son fils Georges qu’il avait entrepris son commerce de fabrication de pompes. A eux deux, ils pouvaient ainsi assurer les deux étapes du processus : la réalisation des plans et la fabrication des pièces.

Au départ de son fils Georges pour la guerre, l’atelier fourmillait encore de pompes, à récipient, avec volant, sur charriot, avec moteur électrique; sur des étagères, des bobines, des soupapes, des robinets, des brioles opales en cuivre, des pistons s’empilaient et dans un coin, dans une douce pénombre, on devinait les kilos de cuivre, du vieux, en tubes, de limaille, et les 1450 kilos de vieille fonte consistant en paliers, supports, brides anciennes, tuyaux et volants. Il y avait aussi la meule en grès et son bâté, l’enclume et son billot en bois qui se tenaient là lorsque neuf heures, poussivement, sonnèrent et Maître Rigot arriva. C’était le liquidateur et il venait pour procéder à l’inventaire de toutes les facultés mobilières de François Constant en ce mois de février 1915. A côté d’un établi, un vieux phare dormait, immobile. Dehors, il faisait très froid. L’hiver était rude cette année-là. Le bureau était à peine tiède; aux côtés de la table en noyer, un poêle à gaz s’activait.

Mais à l’été 1919, François Constant perd la bénéfice de la procédure de liquidation judiciaire et est déclaré en état de faillite. En raison d’une mauvaise tenue de la comptabilité et d’un actif disponible qui ne permet pas de former un concordat avec les créanciers :

Par ces motifs, Le Tribunal jugeant publiquement, en premier ressort et d’office a dit et prononcé que la liquidation judiciaire du sieur François Constant est convertie en faillite.

Après de multiples allers-retours entre le front, les hôpitaux (pour maladie) et l’intérieur, son fils Georges sera cité comme « très bon sous-officier aux attaques de Champagne en 1915, comme soldat à [?] à ses camarades un bel exemple de courage et à Verdun en juin 1917 comme sous-officier a été une aide précieuse pour son commandement de compagnie ». Celui-ci sera envoyé en congé illimité et démobilisé le 13 septembre 1919. Deux mois plus tard, de retour dans la ville natale de sa famille, Georges épousera Marie Anne Bourdier en la mairie de Riom.

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "1915 : Au commencement de la guerre des tranchées" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 03/03/2016. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/1957.

Sources:
– Archives départementales et métropolitaines du Rhône
– Archives départementales du Puy-de-Dôme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *