#6 : la mauvaise féministe

Mi-janvier. Deuxième jour de terrain. Les portes ne sont pas encore ouvertes lorsque j’arrive au tribunal. Il est 7h59.

Bref. J’ai voulu fumer une cigarette pour attendre encore 5 minutes. J’avais pas de briquet. J’ai demandé au mec qui venait de s’asseoir sur le banc. Il a cherché dans la poche droite de son manteau et dans sa poche gauche. Il a pas trouvé. Alors il a cherché dans la poche avant de son sac puis dans la poche arrière. Il a trouvé. Il me tend son briquet. C’était cool. J’ai dit « merci beaucoup ». Je pouvais enfin fumer ma cigarette. J’étais contente.

Un policier ouvre les portes. Je rentre. Il y a le portique de sécurité. Concentration. Je pose mon sac sur la table. Je dois vider mes poches. Je sors un tube de rouge de lèvres, une barrette avec des paillettes, un élastique, 2 pièces de 20 centimes, un stylo 4 couleurs et ma carte de transport. Je souris. L’agent de sécurité me dit ok. Je remets mon tube de rouge à lèvres, ma barrette avec des paillettes, mon élastique, mes 2 pièces de 20 centimes, mon stylo 4 couleurs et ma carte de transport dans ma poche.

Je prends l’ascenseur. J’arrive au troisième étage. Je sors. J’arrive devant la porte. Je pousse la porte. Elle ne s’ouvre pas. Il fallait tirer la porte. Je dis bonjour à la secrétaire. Elle me dit bonjour. Je pose mes affaires dans le casier. Je prends mon carnet et mon stylo 4 couleurs que j’avais mis dans ma poche.

J’arrive dans la salle des juges. Personne. Je suis en avance. Il était 8h06. J’ai hésité. J’ai toussé. J’ai pensé « ok ». J’ai regardé au fond de la salle. J’ai entendu des voix. Deux femmes sont là. Elles discutent. Je m’approche. Elles buvaient un café. J’aime pas le café.

Je leur dis « je suis doctorante et je viens assister aux audiences ». Et je rajoute : « les juges ne sont pas encore arrivés ? ».

Elles me répondent: « c’est nous les juges! ».

J’ai gardé le silence. Elles ont gardé le silence. J’étais mal à l’aise. Elles étaient mal à l’aise. J’étais mal à l’aise qu’elles soient mal à l’aise.  Et là, je leur dis :

— Euh…pardon. Je n’avais encore jamais vu de femmes juges. Et j’ai cru que…parce que quand je viens…je suis désolée. J’ai cru que vous étiez des secrétaires…je suis vraiment désolée…

Je m’enfonce. 5 ans d’études féministes envolés. Elles ont alors recommencé à parler entre elles. Je décide de retourner vers la secrétaire.

Crédit photo : http://www.buzzfeed.com/catesevilla/are-you-a-bad-feminist?utm_term=.pu4W5L6WL#.bd3gzQGgQ

breƒ. je fais une thèse de sociologie sur les faillites d’entreprises.

Pour citer cet article : "#6 : la mauvaise féministe" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 19/03/2017. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/1812.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *