4 août 1914. Au premier jour de la Première Guerre Mondiale…

CC Virginie Blum

(La veille, l’Allemagne déclarait la guerre à la France.) En ce 4 août 1914, premier jour de la Première Guerre Mondiale, alors qu’à Paris est inhumé Jean Jaurès, au Tribunal de Commerce de Lyon, la 1ère assemblée de créanciers de la faillite Duret est jugée.  A l’heure de dix du matin, la séance est présidée par Mr. Vallet, juge au Tribunal de Commerce de Lyon, assisté par Mr. Badiou, commis greffier assermenté, et c’est Maître Charousset, liquidateur, qui comparaît en tant que syndic provisoire de la dite faillite. Chaque créancier est appelé nominalement mais aucun ne s’étant présenté, et après avoir attendu une demi-heure, le Tribunal a donné défaut, faute de comparution, contre eux.

Qui est Jean-Baptiste Duret qui, en ce 4 août 1914, est dans la salle du Tribunal de Commerce de Lyon pour la première assemblée de créanciers de sa faillite ? On ne sait presque rien du sieur Duret. Les archives ne gardent que peu de traces des faillis. Majoritairement, seuls sont inscrits les noms et prénoms.  Il n’y a rien, ou presque rien sur leur identité : quand et où étaient-ils nés, étaient-ils mariés, veufs ou divorcés ? Néanmoins, en suivant les différents jugements, je retrouvais des détails sur les créanciers, les montants des dettes contractées, les biens en actif, la chronologie de la procédure.

Jean-Baptiste Duret avait une entreprise de serrurerie sis 25 rue Félix Jacquier dans le 6ème arrondissement de Lyon. Au matin du 4 août 1914, il régnait pour le sieur Duret une atmosphère solennelle dans cette enceinte du Palais de la Bourse où la hauteur de plafond obligeait à lever les yeux vers le ciel.

jugement déclaratif
CC Virginie Blum
  • C’est 10 jours plutôt – le 24 juillet – que sa faillite fut déclarée par le Tribunal de Commerce à la requête de la société anonyme Descours Cabaud et compagnie (100 ans après, cette société existe toujours, le siège se trouvant dans le 2ème arrondissement de Lyon). Les scellés furent apposés au lendemain de ce jugement déclaratif, soit le 25 juillet 1914.

Depuis février, les dettes de Jean-Baptiste Duret s’étaient accumulées. La cessation des paiements remontait donc à une époque antérieure au jugement déclaratif de faillite. Elle avait commencé par le non-règlement des factures d’électricité et de charbon. Puis, ce furent les loyers auprès de la Veuve Degnaire qui n’ont pu être honorés. Au total, Jean-Baptiste Duret avait accumulé des dettes auprès d’une quinzaine de créanciers, avec un passif s’élevant au total à la somme de 24.625,94 francs (soit près de 82 500 €).

Jean-Baptiste Duret vivait avec sa famille dans un appartement au-dessus de son atelier. Le logement s’ouvrait sur un petit vestibule où deux rideaux tenture ont été installés.

 

Dans le salon, aux côtés de la cheminée garnie et agrémentée de deux boudoirs en zinc, près de laquelle étaient disposés sur un tapis linoléum un garde-cendre et un pare étincelles en cuivre, une glace en cadre doré et deux peintures sur toile représentant « Les Vaches de Rivière » étaient accrochées au mur. Un casier à musique en bois  noir trône près de la fenêtre. Un pupitre à coulisses, une mandoline, un violon et un lot de partitions y sont entreposés. Le fils de Jean-Baptiste Duret, élève au conservatoire et professeur de musique, fait ici régulièrement ses exercices d’entraînement. Dans un autre coin du salon, une étagère en bois (noir également) assortie à un canapé et deux fauteuils de même bois recouverts de velours grenat et de 4 coussins. Au milieu de la pièce, une table en noyer ciré – rectangulaire – ainsi que deux chaises de même style et recouvertes de cuir sont disposées sur un tapis drap, surmontées par un lustre à six lumières. Deux grands rideaux d’étoffe de fond rouge encadrent l’embrasure.

Dans la salle à manger attenante, se tenait sur son tapis une table à 2 rallonges, deux chaises cannées en noyer et avariées rangées autour.   Une petite table fumeur et une sellette en fer et cuivre – complétée par une jardinière en bois noir – se faisaient face d’un mur à l’autre. Trois peintures sans cadre, un tableau sans verre, une assiette décorative et deux vides poches en marbre noir complétaient chichement la pièce. Dans l’alcôve, un placard en noyer à 2 portes entreposé.

A la suite, la chambre à coucher laisse découvrir un mobilier plus riche. Un ensemble en noyer, composé d’un lit garni, d’une table de nuit en marbre blanc et d’une armoire à glace en verre biseauté. De chaque côté de la fenêtre, une commode à 3 tiroirs Louis XVI avec ses cuivres – un petit pendule posé dessus – et un fauteuil Voltaire velours grenat complètent la chambre à coucher. Sur le mur du fond, une table-toilette en noyer, avec un dessus en marbre blanc avarié, fait face à un secrétaire style Empire et une table bureau en noyer éclairée par une lampe à pied en cuivre. Deux chaises recouvertes  d’étoffe finissent cet agencement. Deux peintures sur toile avec leur cadre doré ainsi que deux gravures sous verre ont été ici installés.

La cuisine a comme seuls éléments (estimés à 8 francs – soit 26,80 €) un placard en sapin dans lequel sont rangées une batterie de cuisine et un ensemble de 20 pièces de verroterie, un étendage et une chaise marchepied en bois. 

On est alors le 28 juillet 1914. Le pendule en marbre du salon indique 14 heures. En ce mois de juillet, lourd et orageux, Jean-Baptiste Duret regarde ainsi débuter l’inventaire de ses biens réalisé par Maître Charousset, liquidateur au Tribunal de Commerce de Lyon. Ce ne sera que le 27 juin 1916 que cet inventaire sera déposé auprès du Tribunal de Commerce de Lyon.

7 ans après l’inventaire, lors du jugement du contrat d’union entre les créanciers, le failli Jean-Baptiste Duret dument appelé ne s’est pas présenté ni personne pour lui. La mention « décédé » semblant avoir été inscrite sur le compte-rendu d’audience :

contrat union DURET
CC Virginie Blum

Au premier jour de la Première Guerre Mondiale, la procédure de la « FAILLITE Duret » s’arrêta et ne reprendra que 6 ans plus tard, le 5 novembre 1920. Elle dura 8 années. Quatre ans après l’armistice, une dernière ordonnance, concernant les taxes et émoluments attenants à la procédure, sera jugée par le Tribunal le 21 juin 1922.

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "4 août 1914. Au premier jour de la Première Guerre Mondiale…" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 23/12/2015. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/1693.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.