Galeries

1916 : une femme commerçante dans la Grande Guerre

berthe
CC Virginie Blum

1916. Les femmes ont remplacé les hommes dans les champs. Pendant qu’à la campagne, elles ont pris la chefferie des exploitations agricoles, dans les villes, les femmes sont devenues « munitionnettes » ou conductrices et receveuses de tramway. Mais d’autres, aussi, sont commerçantes, comme Berthe Emilie Prémillieux. Continuer la lecture de 1916 : une femme commerçante dans la Grande Guerre

1915 : Au commencement de la guerre des tranchées

20160302_105145
CC Virginie Blum

 1915, c’est le début de la guerre des tranchées. Personne n’y croyait mais le conflit s’enlise et ce sera long et difficile.

Alors qu'un fils part pour la guerre, son père décide de liquider son entreprise.

Les incorporations s’enchaînent et parmi elles, le 18 décembre 1914, Georges Jean Constant, dessinateur mécanicien, pas encore 20 ans, cadet d’une fratrie de 3 enfants. François Constant voit ainsi son fils Georges incorporé comme soldat de 2ème classe au 58ème Régiment d’Infanterie (par la suite, Georges sera nommé caporal fourrier à l’été 1916). Un mois et demi plus tard, François Constant dépose une requête en liquidation judiciaire auprès du Tribunal de commerce de Lyon pour son activité de construction de pompes. 

Continuer la lecture de 1915 : Au commencement de la guerre des tranchées

4 août 1914. Au premier jour de la Première Guerre Mondiale…

CC Virginie Blum

(La veille, l’Allemagne déclarait la guerre à la France.) En ce 4 août 1914, premier jour de la Première Guerre Mondiale, alors qu’à Paris est inhumé Jean Jaurès, au Tribunal de Commerce de Lyon, la 1ère assemblée de créanciers de la faillite Duret est jugée.  A l’heure de dix du matin, la séance est présidée par Mr. Vallet, juge au Tribunal de Commerce de Lyon, assisté par Mr. Badiou, commis greffier assermenté, et c’est Maître Charousset, liquidateur, qui comparaît en tant que syndic provisoire de la dite faillite. Chaque créancier est appelé nominalement mais aucun ne s’étant présenté, et après avoir attendu une demi-heure, le Tribunal a donné défaut, faute de comparution, contre eux.

Qui est Jean-Baptiste Duret qui, en ce 4 août 1914, est dans la salle du Tribunal de Commerce de Lyon pour la première assemblée de créanciers de sa faillite ? On ne sait presque rien du sieur Duret. Les archives ne gardent que peu de traces des faillis. Majoritairement, seuls sont inscrits les noms et prénoms.  Il n’y a rien, ou presque rien sur leur identité : quand et où étaient-ils nés, étaient-ils mariés, veufs ou divorcés ? Néanmoins, en suivant les différents jugements, je retrouvais des détails sur les créanciers, les montants des dettes contractées, les biens en actif, la chronologie de la procédure. Continuer la lecture de 4 août 1914. Au premier jour de la Première Guerre Mondiale…