« Manger la grenouille »

Pour dire d’une entreprise qu’elle fait faillite, la langue française fourmille d’expressions toutes aussi imagées les unes que les autres ! Précédemment, nous avons vu ICI qu’il y avait « faire un trou à la lune » (so cute!), qu’il y avait aussi ICI « être passé en lunette ».

Et bien, voilà une autre expression pour signifier « faire faillite » trouvée dans Le Bouquet des expressions imagées de Sylvie Claval et Daniel Duneton (paru aux Editions Robert Laffont en 2016) :

    ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Manger la grenouille (XVIIIe siècle) : au sens de s’approprier des fonds communs, de « dissiper la caisse commune »

    ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

D’autres expressions sont encore à venir parce que « faire faillite » ne tarit finalement pas de ressources…

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "« Manger la grenouille »" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 12/07/2017. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/2817.

 

« pourquoi avoir choisi les faillites d’entreprises comme sujet de thèse »

Pas plus tard qu’hier, c’est mon voisin qui me posa la question et il va sans dire qu’il n’était pas le premier ! L’interrogation est tout à fait légitime car on peut se l’avouer, les faillites d’entreprises comme objet d’étude, il y a plus sexy ! …et moins morbide ! Continuer la lecture de « pourquoi avoir choisi les faillites d’entreprises comme sujet de thèse »

Nadine Levratto, Directrice de recherche CNRS – EconomiX

Nadine Levratto, vous êtes directrice de recherche au CNRS rattachée au laboratoire Economix de l’Université Paris Nanterre et chercheuse associée au Centre d’Etudes de l’Emploi et du Travail (CEET). Vous avez notamment réalisé avec Pierre-Cyrille Hautcoeur  une étude sur les faillites  d’entreprises au XIXe siècle publiée dans un ouvrage que vous avez co-dirigé « Le capitalisme au futur antérieur. Crédits et spéculations en France Fin XVIIIe – Début XXe siècles ». Continuer la lecture de Nadine Levratto, Directrice de recherche CNRS – EconomiX

Epigraphe – André Gide

Pourtant je tiens à dire ici, d’abord, pour tempérer quelque peu les critiques qui transparaissent dans mes récits, que ce qui m’a peut-être le plus frappé au cours de ces séances, c’est la conscience avec laquelle chacun, tant juges qu’avocats et jurés, s’acquittait de ses fonctions. J’ai vraiment admiré, à plus d’une reprise, la présence d’esprit du président et sa connaissance de chaque affaire; l’urgence de ses interrogatoires; la fermeté et la modération de l’accusation; la densité des plaidoiries, et l’absence de vaine éloquence; enfin l’attention des jurés. Tout cela passait mon espérance, je l’avoue; mais rendait d’autant plus affreux certains grincements de la machine.

André Gide