Géographie des faillites d’entreprises et inégalités sociales

Au début de cette année 2017, j’ai été invitée à présenter la partie statistique de mes travaux de recherche sur la défaillance d’entreprises dans le cadre de la conférence introductive du module « Analyse quantitative » des APN-SHS (Ateliers Pratiques Numériques en SHS). Et à la suite de ma présentation, au moment de la discussion, une personne de l’assistance m’a demandé s’il y avait des données parmi celles que j’avais récoltées que je n’avais pas/n’avais pu exploitées. Après un court instant de réflexion, force a été pour moi de constater qu’effectivement, je n’étais pas arrivée à grand chose avec les données géographiques. Mais c’était sans compter ma persévérance (!) et cette question l’avait ravivée !

Mes premières manipulations statistiques avec les données géographiques dont je disposais – à savoir l’adresse des entreprises qui ont été en défaillance d’entreprises entre 2006 et 2014 – avaient consisté d’une part, à cartographier le taux de défaillance et d’autre part, à géolocaliser chaque entreprise. Les résultats de la première manip’ m’avaient laissé dubitative car j’ai eu face à moi une carte particulièrement patchwork et d’où ne ressortait aucune tendance forte. Quant à la seconde manip’, j’en ai retiré une carte où les entreprises défaillantes se concentraient autour d’un épicentre « Lyon-Villeurbanne » et s’étendaient particulièrement sur la banlieue est. Lorsque l’on connaît un peu le territoire lyonnais, cette configuration est très logique et n’apporte pas réellement quelque chose de plus, hormis que les entreprises défaillantes sont là où les stocks d’entreprises sont les plus importants… Bref, ces premiers essais m’avaient rendu plutôt circonspecte à l’égard de l’espace (au sens littéral et non bourdieusien!) de la défaillance d’entreprises. Mais c’était sans compter sur mes extraordinaires ressources  😆

Plus sérieusement, je suis en fait repartie de la base de ce qu’est la défaillance d’entreprises aujourd’hui, à savoir qu’il existe 3 procédures possibles pour une entreprise quand elle est en état de cessation des paiements : la liquidation judiciaire, le redressement judiciaire et la sauvegarde (pour faire le point sur les enjeux de ces 3 procédures -> ICI). Dans les faits, ce qu’il se passe, c’est 80% de liquidations, 19% de redressements et 1% de sauvegarde.  Donc, dans la défaillance d’entreprises, nous avons une procédure « de masse » (la liquidation), une procédure « subsidiaire » (le redressement) et une procédure « d’exception » (la sauvegarde).

Liquidation judiciaire Redressement judiciaire Sauvegarde
Procédure « de masse » Procédure « subsidiaire » Procédure « d’exception »

De là, voulant reprendre une approche spatiale, plusieurs questions se sont imposées à moi :

  • Quels sont les territoires où il y a eu des sauvegardes ?
  • Quels sont les territoires où il y a eu des redressements judiciaires?
  • Quels sont les territoires où il n’y a eu que des liquidations ?
  • Existe-t-il des territoires où les liquidations sont minoritaires?

Et donc la réponse est… à partir des données sur les entreprises défaillantes entre 2006 et 2014 au Tribunal de commerce de Lyon1 , nous pouvons distinguer 6 ensembles territoriaux : celui où les 3 procédures ont été utilisées ; celui où le redressement judiciaire et la liquidation ont été utilisés2 ; celui où il y a eu des liquidations et des tentatives avortées de redressement ; celui où il n’y a eu que des liquidations judiciaires ; un qui regroupe quelques communes « atypiques » où la procédure de liquidation est minoritaire par rapport aux deux autres et un dernier où aucune procédure n’a été ouverte au cours de la période allant de 2006 à 2014.

Je résume (et j’aime bien faire des petits tableaux!) :

Type de procédures utilisées sur le territoire Couleur 
1 Sauvegardes + redressements + liquidations Bleu foncé
2 Redressements + liquidations Bleu clair
3 Redressements convertis en liquidation + liquidations Rose
4 Liquidations Rouge
5 Sauvegardes ou redressements > liquidations Jaune
6 Aucune procédure ouverte Blanc

Et maintenant, vous vous dites « Ah la belle affaire! Concrètement, ils se situent où ces 6 groupes ?! »  🙂  et donc TADAM  … :

Plutôt parlant non !? Je vous l’accorde, ça fait légèrement Bloc de l’Est versus Bloc de l’Ouest mais à vrai dire, cette opposition est plutôt assez présente dans les mentalités lyonnaises…et objectivement, elle l’est aussi. L’Ouest est en effet marqué par un relief élevé et par son caractère rural tandis que l’Est est urbain et beaucoup plus industrialisé (et beaucoup plus plat niveau topographie!).

Donc à l’ouest, se concentrent les territoires où il n’y a eu que des liquidations, ou, des liquidations et des tentatives échouées de redressements ainsi que les quelques territoires atypiques (j’habite l’un d’entre eux!) et les quelques territoires sans procédure. L’est est dominé par les deux premiers ensembles de territoires, c’est-à-dire ceux où les 3 procédures ont été utilisées et ceux où le redressement et la liquidation ont été appliqués.

Pour le reste de l’analyse, ce sera dans ma thèse ! (ou peut-être dans un article…)

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

 

Pour citer cet article : "Géographie des faillites d’entreprises et inégalités sociales" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 24/07/2017. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/2862.

 

  1. La juridiction du tribunal de commerce de Lyon s’étend sur les 7 cantons du sud rhônalpin : L’Arbresle, Vaugneray, Mornant, Brignais, Saint-Symphorien-d’Ozon, Genas et la Métropole de Lyon. La liste des communes est disponible ICI sur le site du greffe du tribunal []
  2. ainsi que des tentatives de redressement qui se sont soldées par des liquidations judiciaires []

2 réflexions sur « Géographie des faillites d’entreprises et inégalités sociales »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *