Nadine Levratto, Directrice de recherche CNRS – EconomiX

Nadine Levratto, vous êtes directrice de recherche au CNRS rattachée au laboratoire Economix de l’Université Paris Nanterre et chercheuse associée au Centre d’Etudes de l’Emploi et du Travail (CEET). Vous avez notamment réalisé avec Pierre-Cyrille Hautcoeur  une étude sur les faillites  d’entreprises au XIXe siècle publiée dans un ouvrage que vous avez co-dirigé « Le capitalisme au futur antérieur. Crédits et spéculations en France Fin XVIIIe – Début XXe siècles ».

Pourquoi avoir choisi de travailler sur les faillites d’entreprises ?

J’ai commencé à travailler sur les faillites en 2005/2006 à l’occasion d’une Action Incitative Concertée du CNRS sur l’économie-droit abordée dans une perspective historique. L’équipe composée par Alessandro Stanziani, historien de l’économie, devait couvrir différents champs. Comme mon parcours de recherche m’avait amenée à travailler sur la robustesse des entreprises, c’est un peu de manière logique que j’ai prolongé mes recherches sur la question de la défaillance. Au début, avec Pierre-Cyrille Hautcoeur, nous avons surtout analysé l’évolution des procédures de faillite au au cours de la seconde moitié du 19ème siècle et au début du XXème. Nous avons reconstitué les séries de faillites selon les différents types de procédures et les différents départements à partir des annuaires de la justice. Nous avons également réalisé un travail en profondeur à partir de dossier de faillites d’entreprises du département de la Seine conservé dans les archives.

Ce travail de fond sur la construction de la catégorie juridique que constitue la faillite s ‘est révélé extrêmement utile pour la suite de mes recherches empiriques sur des données récentes.

Ce sujet avait-il un écho personnel ?

Si la question consiste à savoir si j’ai été exposée directement ou indirectement à une faillite, la réponse est clairement non. Je n’ai pas commencé à m’intéresser aux faillites d’entreprises pour des raisons personnelles ou familiales.

Par contre, si vous me demandez quelles peuvent être les raisons qui me poussent à prolonger les recherches sur le sujet, il me semble pouvoir dire que deux préoccupations m’ont guidée.

En premier lieu il y a la manière dont le sujet peut êter saisi. La faillite est un objet qui ne peut pas être compris sans référence au droit. En d’autres termes, s’il n’y a pas de droit des faillites, il ne peut pas y avoir de faillite (ou défaillance). Cet encastrement des deux disciplines suscite un fort intérêt de ma part.

En second lieu, il y a les enjeux de l’emploi. Au cours des trente dernières années, un grand nombre d’emplois a été perdu par suite ou dans le cadre de défaillances d’entreprises. Cela est particulièrement vrai dans les grands groupes industriels qui ont parfois utilisé le droit de la défaillance pour reporter sur la collectivité le coût de leurs restructurations. Cette forme d’instrumentalisation du droit par certains agents économiques me paraît également un enjeu important et un sujet qui mérite d’être étudié.

Qu’est-ce qui vous a passionné dans cette recherche ?

Beaucoup de choses ! Ses enjeux comme je l’ai évoqué précédemment. Les faillites ne sont pas seulement des statistiques, elles font écho à des transformations réelles de l’économie qu’il s’agisse de la structure industrielle ou du marché du travail. Elles sont également révélatrices du traitement réservé à l’échec dans une société et de la manière dont les agents économiques s’adossent au droit pour construire leurs stratégies.

Ce domaine de recherche est passionnant parce que qu’en tant qu’objet de recherche la faillite peut et doit être saisie de différentes manières. Etudier les faillites c’est vraiment entrer dans la pluridisciplinarité. Pour ma part, cela m’a amenée à travailler avec des juristes, à me plonger dans le droit et à prendre du recul historique par rapport à des questions d’actualité. Par exemple, en lisant les minutes des réunions qui ont précédé l’adoption du code de commerce, j’ai réalisé que la question de l’efficacité économique du droit qui mobilise la banque mondiale et les gouvernements aujourd’hui était déjà terriblement présente au tout début du 19ème siècle.

Inversement, qu’est-ce qui ne vous a pas passionné dans cette recherche ?

La réponse tient en un mot : rien. C’est un sujet passionnant !

Que gardez-vous de votre analyse des faillites d’entreprises ?

D’abord le plaisir de comprendre un peu mieux le sujet. Il existe différentes formes de faillites, toutes les parties prenantes de l’entreprises ne sont pas affectées de la même façon, et le stigma de l’échec que l’on associe souvent au dépôt de bilan est loin d’être généralisé. En particulier, les travaux que nous avons conduit sur les groupes dans le cadre de la thèse de Lara Abdel Fattah ont permis de montrer que le rôle de ces derniers dans les faillites de filiales n’est pas toujours très favorable.

Je garde aussi l’envie d’aller plus loin. Ce sujet, comme d’autres d’ailleurs, peut être prolongé de différentes manières. Le fait est que jusqu’à présent je l’ai principalement abordé à travers des études empiriques sur données d’entreprises mais il pourrait y avoir beaucoup d’autres façons de le traiter. C’est ce que nous essayons de faire avec quelques collègues belges et italiens de manière à comprendre les différences entre les régions européennes.

Que pensez-vous des faillites d’entreprises aujourd’hui ?

Les faillites constituent une classe hétérogène. Près de 60 000 entreprises déposent le bilan chaque année et cela fait 10 ans que ce chiffre a atteint ce plateau élevé. Evidemment, il n’y a pas un profil unique d’entreprise en défaillance ; elles présentent des formes et des causes multiples. En particulier, les très petites entreprises qui correspondent à une forme d’entrepreneuriat de nécessité sont très fragiles. Cela doit conduire les pouvoirs publics à s’interroger sur les politiques en faveur de l’entrepreneuriat.

Je constate aussi qu’après 10 ans de niveaux record on commence enfin à observer une diminution du nombre de faillites d’entreprises. Comme toujours, il est difficile de trouver une explication à ce phénomène. Est-ce qu’on a atteint la fin d’un cycle « de purge » ou bien des secteurs sont-ils en train de prendre le relai en matière de croissance ce qui correspondrait à une amélioration de l’économie dans son ensemble ? Autre possibilité, les entreprises disparaissent en silence, c’est-à-dire sans passer par la case « tribunaux de commerce ». C’est une question qui mériterait qu’on s’y intéresse.

Un mot de la fin ?

C’est une question trop difficile et je n’ai pas de réponse !

Vous pouvez également retrouver ICI notre portrait de Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne. 

 

Pour citer cet article : "Nadine Levratto, Directrice de recherche CNRS – EconomiX" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 11/07/2017. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/2805.

Une réflexion sur « Nadine Levratto, Directrice de recherche CNRS – EconomiX »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *