Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne

CC Jean-Clément Martin

 

Jean-Clément Martin, vous êtes connu et reconnu comme historien spécialiste de la Révolution. Par contre, votre travail de doctorat, soutenu en 1978, qui portait sur les faillites d’entreprises à Niort et dans les Deux-Sèvres est beaucoup moins médiatique.

CC Virginie Blum

Dans ce contexte, ma première question est pourquoi avoir choisi ce sujet pour commencer votre carrière universitaire ?

J’avais travaillé pour une maîtrise à la fac de Nantes sur les prisonniers de la prison du Bouffay (dir. Yves Durand) dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et j’avais traité les données en utilisant un trieur de cartes perforées (ancêtre du traitement informatique). Aux archives de Niort, il existait un fond judiciaire important (série U) à propos des faillites dans le département des Deux-Sèvres pendant le XIXe siècle et je voulais traiter ces données informatiquement ce qui était devenu possible (dans les années 1970). J’ai contacté E. Le Roy Ladurie qui venait de publier Le territoire de l’historien avec un article sur l’informatique, il m’a accepté en thèse de IIIe cycle (thèse actuelle) et m’a donné de l’argent pour que la fac de Poitiers traite les données. C’était une période qui a disparu, histoire sérielle, informatique, et les problématiques de Foucault sur la justice…

Ce sujet avait-il un écho personnel ?

D’une certaine façon, un de mes grands-pères était minotier et j’étais intéressé par les rapports commerciaux des petites entreprises. Par ailleurs, c’était aussi la mode de l’histoire économique avec des associations puissantes d’historiens économistes et de grands débats sur la place de l’économie dans la société. Les débats étaient alors très intéressants et très ouverts autour des lectures libérales ou marxistes, autour de la place des représentations, de la révolution industrielle…

Qu’est-ce qui vous a passionné dans cette recherche ?

Tout en fait. La lecture in extenso des archives conservées pour ne pas me contenter de statistiques stériles, la rencontre donc avec des commerçants du XIXe siècle – mais leurs pratiques étaient encore vivantes à ce moment là -, et surtout le besoin de proposer une autre analyse que celle qui prévalait alors en prenant les faillites comme signe de crise. La nécessité aussi de préparer le questionnement pour le traitement informatique était stimulante. J’en ai gardé l’idée d’un mécanisme social de stigmatisation par la mise en faillite dont j’ai retrouvé le fonctionnement à propos des viols et plus largement en estimant que les mises à l’écart dans une société sont des signaux envoyés plus que des sanctions appliquées à des individus qui les méritent. Il y avait enfin l’intérêt de la rencontre avec le droit commercial, les techniques de comptabilité et réalisation des bilans d’entreprises.

Inversement, qu’est-ce qui ne vous a pas passionné dans cette recherche ?

En définitive rien. Mais en quittant Niort pour Nantes, alors que ma thèse s’achevait, il semblait peu efficace de continuer dans l’histoire économique qui était en train de s’essouffler, si bien que j’ai suivi la proposition de LRL de faire une thèse d’Etat sur la Révolution à Nantes que j’ai transformée au bout d’un an en thèse sur la guerre de Vendée.

Que gardez-vous de votre analyse des faillites d’entreprises à Niort et dans les Deux-Sèvres ?

Le souci de lire les dossiers d’archives en totalité, même quand il s’agit de documents répétitifs, pour traquer les éléments de discordance, la prise en compte de toutes les dimensions des relations sociales (économie, justice, droit, culture, habitat, technique…) pour comprendre ce qui se joue entre les individus et leurs groupes d’appartenance, le recours à des analyses venant d’horizons différents, jusqu’à permettre le « bricolage » dont parlait Lévi-Strauss. Je dois dire que l’aspect technique des industries du XIXe siècle que je pouvais aborder était absolument passionnant.

Pourquoi ne pas avoir poursuivi sur le même objet ?

Pour les raisons évoquées plus haut. La Révolution à Nantes était et est encore un énorme enjeu ; la guerre de Vendée que je découvre (…) est évidemment encore plus incroyable. Les choses sont aussi simples que cela. Travailler sur les mémoires des guerres de Vendée (sujet initial) me permettait aussi de faire de l’ethnologie et de la sociologie avec des enquêtes sur le terrain et donc la rencontre de personnalités très diverses – ce qui n’est pas rien à côté du temps passé solitairement dans les salles d’archives. Il faudrait ajouter que je saurai plus tard (10 ans à peu près) que je descend de « Vendéens » des Mauges et qu’un de mes ancêtres (avec mon prénom) a été dans les troupes de Stofflet…. Pas de hasard sans doute.

Que pensez-vous des faillites d’entreprises aujourd’hui ?

Pour faire bref rien. Je n’ai pas suivi les réformes du droit commercial.

Un mot de la fin ?

Ma fille a fait une thèse sur les négociants florentins à Lyon…

 

Retrouvez mon compte-rendu de la thèse de Jean-Clément Martin ICI.
Pour citer cet article : "Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 15/06/2017. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/2749.

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum


Une réflexion au sujet de « Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite à Paris I-Panthéon Sorbonne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *