1917 : une femme met en liquidation sa boutique de chapeaux

Sommaire

  1. Des mutineries au Front, des grèves à Lyon
  2. Une boutique de chapeaux au coeur de la Presqu’île
  3. Soeur et épouse d’héros militaires
  4. Une fin de vie chez les Soeurs Franciscaines

Alice Rivaud a 27 ans lorsqu’elle écrit le 13 septembre 1917 au tribunal de commerce de Lyon pour déclarer la liquidation judiciaire de son commerce :

20160304_112628
CC Virginie Blum

Messieurs

La soussignée Alice Rivaud, fabricante de chapeaux, demeurant à Lyon, 12 rue Grenette, a l’honneur de vous exposer:

Que par suite des difficultés résultant de la situation actuelle, de l’impossibilité où elle se trouve de se procurer des matières premières et de l’augmentation du prix de la main d’oeuvre, elle se trouve dans l’impossibilité de faire face à ses échéances et se voir dans la pénible nécessité de déposer son bilan.C’est pourquoi elle vient à vous et vous prie de bien vouloir lui accorder le bénéfice de la liquidation judiciaire en conformité de la loi du 4 mars 1889. Et vous ferez justice. Alice Rivaud.

Des mutineries au Front, des grèves à Lyon

1917, c’est l’année des mutineries au sein des divisions de l’armée  française et à Lyon, de nombreux mouvements de grève plus ou moins importants éclatent sur le territoire. La préfecture du Rhône en recense pas moins de 59, dont 28 durant le mois de juin. Parmi ces conflits, il y a notamment le personnel du Magasin Général de l’habillement et du campement, les ouvrières de l’usine du matériel de guerre ou encore les ouvrières gimpières :

Archives départementales du Rhône – côte 10M445
Crédits Images : ©Virginie Blum

Il y eut aussi les ouvriers et ouvrières d’un atelier de fabrication de chaussures pour l’armée, ces dernier.es ayant quitté le travail « en guise de protestation, parce que M.Polo [le patron] a fait installer des machines mues par l’électricité, ce qui supprime de la main d’oeuvre et fait baisser le prix du façonnage ». 

Archives départementales du Rhône – côte 10M445
Crédits Images : ©Virginie Blum

Une boutique de chapeaux au coeur de la Presqu’île

Alice Rivaud était fabricante de chapeaux. Fille d’André Rivaud-comptable et de Marie Gay – ménagère, elle avait installé son commerce au 12 rue Grenette dans le 2ème arrondissement de Lyon.

rue-grenetteRue Grenette – vers 1910
(Archives municipales de Lyon-Cote 4FI 1485)

Non loin du Grand café des négociants, du Bar Américain et des Galeries Lafayette, à deux pas du Palais de la Bourse, la boutique de chapeaux d’Alice Rivaud était au coeur du Triangle d’Or lyonnais de l’époque.

La requête en liquidation judiciaire d’Alice Rivaud aboutit à la formation d’un concordat, chaque créance contractée étant ainsi recouvrée – 23 créances pour un montant total de 24 959, 20 francs.

Archives départementales du Rhône – côte 6Up 1/2668
Crédits Images : ©Virginie Blum

Ce concordat fut accepté à l’unanimité par les créanciers et fut homologué le 27 octobre 1920 par le Tribunal. Néanmoins, Alice Rivaud se trouva dans l’impossibilité d’assister en personne à l’audience, se trouvant alors alitée sur les recommandations de son médecin, le docteur Loaec.  Elle se fit représentée par Maître Perret.

Alice Rivaud fut reconnue commerçante « malheureuse mais de bonne foi ». Elle obtint une remise de dettes et conserva ses droits civils et commerciaux.

Soeur et épouse de héros militaires

  • Charles, son petit frère 

Alice avait notamment un petit frère de 3 ans son cadet qui s’appelait Damien Claudius Charles André. Né le 10 janvier 1893,  du haut de son mètre 73, Damien est un jeune homme aux yeux bleus, des cheveux noir de jais, sachant uniquement lire lorsqu’il part faire son service militaire comme engagé volontaire. Lors de la Grande Guerre, Damien passa dans différents régiments de l’Artillerie lourde et  avança jusqu’au grade de lieutenant. Distingué de la Croix de guerre 2 étoiles de bronze, Damien a fait l’objet de 2 citations :

« Jeune officier plein de bravoure. A assuré l’exécution parfaite des tirs malgré les bombardements ennemis notamment le 4 mai 1917 »

« Officier plein de bravoure. Dans la nuit du 19 au 20 août 1917, a assuré d’une façon parfaite l’exécution des tirs de sa section malgré un bombardement d’obus asphyxiants. Légèrement intoxiqué »

Blessé lors d’une chute à cheval au début de la guerre, il se fractura la jambe droite, ce qui lui valut un raccourcissement de 2 cm, en plus d’avoir contracté des troubles respiratoires. Damien décéda à Marseille au début des années 50, 16 ans avant sa grande soeur.

  • Georges, son époux

En 1918, le 12 février à 10 heures du matin, Alice (Catherine, Charlotte, Claudia) Rivaud – se déclarant sans profession – se marie avec Georges Paul Cottenet, instituteur de formation tout comme  ses deux frères – Maurice et André. Georges a alors 36 ans. La veille,  les deux époux ont signé un contrat de mariage adoptant ainsi le régime de la communauté de biens réduite aux acquêts.

Tandis qu’Alice apporte au mariage son trousseau composé de linges, vêtements et bijoux estimé pour une valeur de 1000 francs, Georges, son mari, déclare apporter en mariage un total de 31 286,35 francs. En plus d’une automobile et divers objets et meubles pour une valeur de 8000 francs, Georges apporte plusieurs obligations du Crédit Foncier et de la Ville de Paris, des obligations du Port de Rio Grande, du Port de Para, de la Province de Buenos Aires, du Brésil ainsi que de l’emprunt turc, une obligation du Chemin de Fer du Nord-Est de l’Oural, un bon à lot de la Compagnie du Canal de Panama et des actions de la Banque Nationale de Crédit. Georges apporte également une police d’assurance-vie souscrite à la compagnie « L’Urbaine » et différents immeubles et terres en indivis.

Extrait du contrat de mariage entre Catherine Charlotte Claudia Alice Rivaud et Georges Paul Cottenet passé le 11 février 1918 chez maître Charbon , notaire à Lyon – Archives départementales du Rhône (archives en cours de classement le 3 janvier 2017)

Georges Cottenet était un militaire plusieurs fois distingué. Après deux citations à l’ordre du 5 juin et du 11 juillet 1917 le qualifiant d’officier brave et consciencieux et d’officier brave énergique s’imposant par son attitude toute de dévouement et par son exemple,  Georges Cottenet reçut 4 distinctions :

 Croix de guerre avec palme – ordre n°1690 du 10 octobre 1915

« Très bon chef de section qui a fait preuve en toutes circonstances de sang froid et de bravoure au feu. Très grièvement blessé le 29 octobre 1914 en entraînant ses hommes à l’attaque d’un village avec beaucoup de crânerie sous des feux croisés de mitrailleuses »

 Chevalier de la Légion d’Honneur – 20 janvier 1918

Médaille de la Victoire – 6 octobre 1947
Officier de la Légion d’Honneur, par décret du 30 juin 1950 relatif à la promotion et à l’élévation dans la Légion d’honneur des mutilés de guerre

(Journal Officiel du 5 juillet 1950)

Nommé définitivement lieutenant au sortir de la guerre, des suites de ses blessures, Georges eut l’ablation des trois derniers doigts des mains droite et gauche ainsi que des douleurs névritiques chroniques.

Une fin de vie chez les Soeurs Franciscaines

Dans les années 30, Alice et son mari vivent au 285 cours Lafayette, dans le 3ème arrondissement de Lyon. Puis, ils déménageront quelques années plus tard au 115 côté 6ème arrondissement. Georges y mourra le 23 février 1962. Il avait alors 80 ans.

Devenue veuve, Alice Rivaud part vivre dans la maison de retraite tenue par les Soeurs Franciscaines située 14 montée des Forts à Caluire (dans le Rhône). Elle décède à l’âge de 77 ans, le 6 mai 1967 à l’hôpital Edouard Herriot de Lyon.


Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "1917 : une femme met en liquidation sa boutique de chapeaux" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 17/04/2017. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/2429.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *