Un bonnet vert peut en cacher un autre …

Bonnet vert. Coiffure des banqueroutiers. Prendre, porter le bonnet vert. Faire faillite, être en faillite.1

Le bonnet phrygien est à Marianne ce que le bonnet vert était aux banqueroutiers…

Venu de Rome vers la fin du 16e siècle, l’usage était que les débiteurs insolvables – faillis et banqueroutiers qui déclaraient et cédaient leurs biens de leur propre chef pour éviter la peine de mort, la prison ou les galères – portent en public un bonnet vert.

On peut ainsi trouver la trace de cette coutume dans la fable de La Fontaine « La Chauve-Souris, le Buisson et le Canard » :

« Les voilà sans crédit, sans argent, sans ressource,
Prêts à porter le bonnet vert.
Aucun ne leur ouvrit sa bourse. »

Ou encore dans la satire première de Nicolas Boileau :

« Sans attendre qu’ici la Justice ennemie
L’enferme en un cachot le reste de sa vie;
Ou que d’un bonnet vert le salutaire affront
Flétrissent les lauriers qui lui couvrent le front. »

Ne cessant qu’au milieu du 18e siècle, aucune loi ne prescrivait pourtant ce port du bonnet vert; cette marque d’infamie ne fut qu’usage et coutume.

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "Un bonnet vert peut en cacher un autre …" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 13/03/2017. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/2223.

  1. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, http://www.cnrtl.fr/definition/bonnet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *