1916 : une femme commerçante dans la Grande Guerre

berthe
CC Virginie Blum

1916. Les femmes ont remplacé les hommes dans les champs. Pendant qu’à la campagne, elles ont pris la chefferie des exploitations agricoles, dans les villes, les femmes sont devenues « munitionnettes » ou conductrices et receveuses de tramway. Mais d’autres, aussi, sont commerçantes, comme Berthe Emilie Prémillieux.

Berthe est née à Avignon le 3 août 1884, d’un père employé des douanes – François alors âgé de 48 ans, et d’une mère sans profession – Victorine Guillon alors âgée de 37 ans. Berthe avait notamment une soeur cadette, Thérèse qui naquit la veille de Noël un an après elle et une grande soeur, Joséphine, de huit ans son aînée. C’est avec cette grande soeur que Berthe est venue à Lyon où toutes deux exploitèrent un magasin de mercerie sis au 23 cours Gambetta dans le 3ème arrondissement de Lyon :

plume d'or
CC Virginie Blum

Le magasin était parcouru par un ensemble de casiers et de rayonnages qui fourmillaient de galons en tous genres et de rubans, de pelotes de laines, de broderies, d’agrafes, de petites et grandes dentelles Valenciennes. Sur ces rangements, on trouvait des cols Claudine, des cols Fashion, Seymour, Grand Chic, Duc ou ordinaires pour hommes. S’y étendaient les couleurs des foulards, des flanelles, des lavalières. Une douzaine de pochettes en soie, fantaisie ou brodées, avaient été soigneusement pliées dans leurs boîtes. Alpaga et satin de Chine côtoyaient froufrous et doublures rose, blanche, noire et mauve. Taies d’oreiller, serviettes, bavoirs, fichus, toiles cirées, jupons et bonnets de nuit étaient à vendre. Dans deux banques en sapin, de 4m de long et surmontées de deux petits mannequins, des centaines de sachets renfermaient zigzag, tresses-fils glacés et mats, grands boutons et moins grands, épingles, élastiques mauve, bleu, rouge, écossais. Aux côtés du comptoir-caisse, trônait une balance en fonte avec ses deux plateaux de cuivre et ses poids. Dans la vitrine sur rue, pendus à la crémaillère ou disposés sur les rayons en glace, des articles achalandaient les passants.

20160210_142730
CC Virginie Blum

C’est au matin du 5 avril 1916 que les demoiselles Berthe et Joséphine comparaissent par-devant le tribunal de commerce de Lyon pour déclarer que leur commerce n’a pas prospéré et obtenir ainsi le bénéfice de la liquidation judiciaire. Elles déclarèrent alors un excédent du passif d’un montant de 9  485 francs (soit 23 863 euros).

Une vingtaine de créanciers étaient concernés. En 1919, les deux soeurs Prémillieux obtinrent un concordat avec ces derniers, leur autorisant à remettre une partie des dettes engagées :

20160304_122109
CC Virginie Blum
20160304_122124
CC Virginie Blum
20160304_122133
CC Virginie Blum

La procédure dura 4 ans et s’acheva en 1920.

Le 4 mars 1922, Berthe (travaillant alors comme comptable) se maria à l’âge de 38 ans avec Barthélémy Lapierre, d’un an son aîné. La cérémonie se déroula à la mairie du 3ème arrondissement de Lyon en présence d’Adolphe Barbier – caissier, et Joseph Chaptard – marchand de bestiaux.


Barthélémy Lapierre était pâtissier. Il avait divorcé de Marie Louise Mourvillier depuis le 7 janvier 1911 avec qui il avait vécu à Paris. FRAD069_12_1RP_001069_0008Du haut de son mètre 71, c’était un homme assez grand pour sa génération. Né à Villefranche (dans le Rhône), Barthélémy avait hérité du front haut de son père, mais il s’encadrait dans un visage ovale, au menton rond, et, joint à des yeux châtains, un nez fort et une masse de cheveux châtains.

A l’entrée de la guerre, Barthélémy fut mobilisé au Régiment d’Infanterie d’Epinal. Mais très vite, le 25 août 1914, il fut réformé n°2 par la commission pour « Spécificités ». Barthélémy avait contracté en service la syphilis. En juin 1915, le Conseil de révision du Rhône le classa en service auxiliaire. Il fut alors affecté au 3ème Régiment de Zouaves et enchaîna les affectations. A partir de 1916, il passa successivement au 11ème Régiment d’Artillerie à pied, aux 14ème et 13èmeBataillon puis à la 7èmeSection de C.O.A et enfin aux 22ème et 28ème Bataillon de Chasseurs.


C’est à quelques centaines de mètres de la mercerie, que les soeurs Prémillieux avaient tenue, que le couple Lapierre-Prémillieux élit domicile, au numéro 71 du cours Gambetta dans le 3èmearrondissement de Lyon. Berthe y décéda le 9 mars 1935, à l’âge de 51 ans.

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "1916 : une femme commerçante dans la Grande Guerre" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 06/04/2016. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/2018.

Source : 
- Archives Départementales et Métropolitaines du Rhône
- Archives Municipales de Lyon
- Archives Municipales d'Avignon
- Forum Pages 14-18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *