Au lendemain de l’Armistice, un Poilu réhabilité

20160210_151148
CC Virginie Blum

Le 11 novembre 1918 est signée l’armistice de la Première Guerre Mondiale. 11 jours plus tard, le 22 novembre 1918, les troupes françaises arrivaient à Strasbourg avec à leur tête le général Gouraud, dans une ville entièrement pavoisée de drapeaux tricolores.  Alors que Strasbourg redevenait française et était « libérée » de quarante-huit années d’empire allemand, au Tribunal de Commerce de Lyon, Jules Gottlieb – ancien Poilu – est libéré de l’opprobre de la faillite.   Pour un failli, acceptant son sort et permettant à ses créanciers de toucher la totalité de leurs créances, subsiste l’espoir d’être « réhabilité » un jour. La réhabilitation prononcée par le Tribunal de commerce efface le déshonneur de la faillite et permet aux commerçants concernés de jouir à nouveau des prérogatives attachées à leur état.

 

Histoire d’un Poilu qui avait fait faillite1  – Jules Gottlieb –

SIGNATURE GOTTLIEB
CC Virginie Blum
Ses origines sociales
Sa vie d’avant-guerre
Sa faillite
Ses faits d’armes
Sa Médaille militaire
Sa réhabilitation
Sa vie d’après-guerre

Jules Gottlieb ressemblait aux hommes ordinaires de son époque. Du haut de son mètre 58 (!), ses cheveux bruns encadraient son visage ovale, ses yeux noirs qui conféraient de la force aux traits réguliers de son nez moyen, de sa bouche moyenne et de son menton rond. Jules Gottlieb était aussi Jules Hertz; il bénéficiait indistinctement de ces deux noms de famille.

Ses origines sociales

Originaire de la Moselle, de Saint-Avold plus précisèment, ses parents sont venus s’installer dans la région rhônalpine peu après 1864 et y démarrent comme colporteur.

Jules Gottlieb naît le 8 novembre 1878 à Saint-Etienne dans la Loire. Son père, Hertz Gottlieb (aussi appelé Cerf), alors âgé de 52 ans, est opticien et sa mère, Eugénie Fribourg, âgée de 47 ans, exerce comme ménagère. Jules Gottlieb est le benjamin d’une fratrie de 8 enfants. Le précèdent 7 frères – Arthur, Joseph, Moïse, Benoît, Emile, Lion et 1 soeur – Aline.

Sa vie d’avant-guerre

A ses 20 ans (le 8 novembre 1898), lorsqu’il se fit recensé, Jules Gottlieb avait appris à lire, à écrire et à compter et travaille comme employé de commerce. Il avait tiré le numéro 252 mais Jules décide de faire son service dans l’armée active comme engagé volontaire pour 3 ans. Affecté au 98ème Régiment d’Infanterie, soldat de 2ème classe, il sort le 21 septembre 1901 avec un certificat de bonne conduite.

Dès 1901, Jules Gottlieb prend résidence à Lyon où, à l’âge de 24 ans, il se marie le 21 janvier 1902 avec Mélanie Hirtz (de trois ans son aînée) en la mairie du 3ème arrondissement de Lyon. La mère de Jules, Eugénie, ne pourra assister à la célébration affaiblie par des problèmes de santé.

De cette union, voient le jour une petite fille2 ainsi que Paul, le 18 novembre 1907. Jules Gottlieb est alors voyageur de commerce et réside avec son épouse au 32 cours de la Liberté, Lyon 3ème (après avoir vécu quelque temps rue Mazenod).

Le couple y occupe un appartement confortable et lumineux. Une fois franchi le vestibule, on pénètre dans une salle à manger où un pendule posé sur un guéridon en noyer verni, encadré par un sujet en zinc et 5 chromos, rend infatigablement son tic-tac. Là, se découvre un intérieur de style Henri II avec sa table à 4 rallonges et une glace cadre bois. Un poêle en faïence réchauffe l’air lorsque les températures fraîchissent. La pièce débouche sur une alcôve où dort la fille Hertz puis sur une pièce éclairée par une fenêtre sur la première cour. Cette embrasure a été surmontée d’un rideau avec embrasses et mystères. La cuisine, éclairée par deux fenêtres sur cour et donnant sur une alcôve où couche la domestique, est équipée d’un fourneau, d’un charbonnier ainsi que d’un réchaud à gaz. Y trône une batterie en cuivre. Dans la chambre à coucher parentale, également éclairée par une fenêtre sur la première cour, au milieu  des quatre chaises de velours, des deux mandolines et des deux glaces accrochées au mur, on peut y voir le berceau de Paul installé près du lit garni Louis XV.

A l’été 1908, du 28 juillet au 13 août, Jules Gottlieb accomplit une seconde période d’exercices militaires, tout près de chez lui, dans le 75ème Régiment d’Infanterie. Deux plus tôt, il avait accompli sa première période d’exercices dans le 99ème Régiment d’Infanterie, du 28 mai au 24 juin 1906 au sein de sa région natale.

Sa faillite

Jules Gottlieb s’est associé en nom collectif avec Wilhem dit Guillaume Papier – citoyen allemand, né à Berlin le 24 novembre 1878,  sous la raison sociale « J.Hertz et Papier » pour l’exploitation d’un fonds de commerce de lingerie et confections pour dames en gros, sis à Lyon au 32 cours de la Liberté avec 2 succursales de détail sis dans la même ville au 2 rue Montebello et 87 rue Moncey.

C’étaient de jolies boutiques bien approvisionnées. Chaque magasin était éclairé de part et d’autre par de grandes fenêtres sur cour; ceux de la rue Montebello et de la rue Moncey avaient, au dehors, une tente, installée sur une monture en fer, où l’on avait pu y pendre les étoffes de laine et de soie. A l’intérieur, dans des casiers sur des tables, étaient harmonieusement rangées des pièces de popeline, les flanelles de coton blanc, mauve et ciel, les satins noir, des coupes de froufrous et doublures de percaline. Les lainages fantaisie et les tartans de laine tranchaient dans cet arc-en-ciel de couleurs unies. Puis, au milieu d’un empilement de différents coupons, des boîtes, serrées les unes contre les autres, renfermaient galons, rubans, bobines et boutons. On trouvait également une centaine de corsages de toutes sortes, en tulle brodé blanc, en nansouk, en toile de laine, coton noir et fantaisie, des tabliers et des jupes. Des placards étaient consacrés aux jaquettes, costumes et robes d’enfants, peignoirs et paletots. Là, aguichant les yeux des clientes, se dressaient des bustes, des mannequins sur pied, des porte-jupes, des portes-fourrures.

20160302_120102
CC Virginie Blum

Au matin du 5 janvier 1910, Jules Gottlieb comparaît devant le Tribunal de commerce de Lyon afin de déclarer sa cessation des paiements intervenue il y a moins de quinze jours. Jules Gottlieb et son associé déclarent alors un passif total de 55.823,55 francs (soit 215.962 euros). Marié, 2 enfants, Jules Gottlieb expose dans un courrier adressé à Messieurs les Président et Juges composant le Tribunal de commerce de Lyon « que par suite de pertes importantes effectuées dans leur commerce, ils se trouvent dans la nécessité de déposer leur bilan et de solliciter leur mise en liquidation judiciaire ».

Leur commerce fait alors travailler 4 employé.es  (Melle Rose, Mme Bégout, Melle Louise et Mr Gabriel), des façons d’ouvrières, des ouvrières d’atelier et Melle Marie-Louise comme coupeuse. Il y a également Mme Hertz – l’épouse de Jules – qui réalise des commissions.

Jules Gottlieb est condamné pour banqueroute simple en 1912.

Ses faits d’armes

Rappelé à l’activité militaire par ordre de mobilisation générale du 1er août 1914, Jules Gottlieb arrive au corps du 54ème Régiment Territorial d’Infanterie le 16 août comme soldat de 2ème classe.

journal de marche

Le 11 février 1915, à 23h, cantonnés à Vic-sur-Aisne, un sergent et 4 hommes de la 11ème compagnie – dont Jules Gottlieb – quittent le poste de police pour aller faire une patrouille lorsqu’ils furent atteints sur la place du village par des éclats d’obus. Le sergent Garcin est tué; le soldat Grisard est blessé au genou, à la face, à la jambe droite et au talon gauche; le soldat Guyon est blessé aux jambes, à la tête et aux mains; le soldat Michaud est blessé de façon superficielle au dos; et le soldat Jules Gottlieb écope d’une plaie pénétrante au genou gauche.

Jules Gottlieb est alors réformé n°1 (réformé des suites de ses blessures en service) et proposé à une pension pour infirmités par la commission de réforme de Clignancourt du 11 novembre 1915. En 1916, il est admis à une pension viagère de 600 francs qui entre en jouissance dès novembre. Jules Gottlieb aura fait la campagne contre l’Allemagne du 6 août 1914 au 7 juin 1917.

Sa remise de la Croix de guerre avec palme

Le 10 mars 1916, Jules Gottlieb prend rang pour une médaille militaire. Il recevra alors la Croix de Guerre avec palme de bronze pour avoir été :

Excellent soldat qui a toujours donnée entière satisfaction à ses chefs. A été blessé grièvement le 11 février 1915 en partant pour une patrouille. Ankylose du genou gauche.3

Sa réhabilitation

Au jour du 22 novembre 1918, d’une démarche clopinante, Jules Gottlieb entre dans la salle d’audience du Tribunal de Commerce de Lyon avec un sourire serein. Après en avoir fait la demande auprès du Procureur de la République quelques semaines plus tôt – ce dernier ayant établi son rapport le 9 novembre, l’affaire de sa réhabilitation des suites de sa faillite est aujourd’hui jugée.

Motifs: Le Tribunal après en avoir délibéré. Attendu que par jugement de ce Tribunal, en date du onze février mil-neuf-cent-dix, le sieur Hertz Jules Gottlieb, confectionneur façonnier pour dames, demeurant à Lyon, 32 cours de la Liberté, a été déclaré en état de faillite laquelle s’est terminée par un contrat d’union.

Attendu que le sieur Hertz Jules Gottlieb, aujourd’hui réformé de guerre, était mobilisé au 54ème Régiment Territorial d’Infanterie, 11ème Compagnie, et a été cité à l’ordre du jour de l’armée le dix mars mil-neuf-cent-seize.

Attendu que procédant dans les termes de la loi […], par Monsieur le Procureur de la République à Lyon, Gottlieb demande la réhabilitation.

Attendu qu’avis de la demande a été donnée par lettre recommandée à tous les créanciers vérifiés de la dite faillite, et que l’un de ces créanciers seulement, le sieur Gelas, défenseur à Lyon, s’oppose à la dite réhabilitation.

Attendu que malgré l’opposition du sieur Gelas et en se tenant aux termes de la loi […], la réhabilitation est de droit. Qu’en conséquence il n’y a pas lieu de s’arrêter à cette opposition.

Attendu que les renseignements recueillis sur le sieur Gottlieb sont favorables. Vu le rapport de Monsieur le Procureur de la République en date du neuf novembre mil-neuf-cent-dix-huit, lequel donne un avis favorable à la réhabilitation. […]

Par ces motifs: Statuant publiquement et en premier ressort. Rejette l’opposition du sieur Gelas, comme sans effet. Reçoit comme bien fondée la demande en réhabilitation formée par le sieur Hertz Jules Gottlieb. Déclare Hertz Jules Gottlieb rétablit dans l’entier exercice des droits qu’il avait perdus par suite de sa déclaration en état de faillite.

Sa vie d’après-guerre

Poilu décoré, commerçant réhabilité, lors de sa libération du service militaire, Jules Gottlieb a élu domicile au 25 rue Auguste Comte dans le 2èmearrondissement de Lyon.

Au cours de l’année 1935, le 25 mai, il est présent pour célébrer et consentir au mariage de son fils Paul – devenu opticien comme son grand-père paternel – avec Marthe Marie Francine Narbonnet. Jules est alors inscrit comme représentant.

Jules Gottlieb décède à son domicile à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, le 20 janvier 1939. Il était veuf et avait 61 ans.

Décès

 

Crédits Image à la Une : ©Virginie Blum

Pour citer cet article : "Au lendemain de l’Armistice, un Poilu réhabilité" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 05/06/2016. Lien : http://centreprendre.hypotheses.org/1831.
Sources :
- Archives Départementales et Métropolitaines du Rhône
- Archives Municipales de Lyon 
- Archives départementales de la Moselle
- Archives départementales de la Loire
- Mémoire des hommes
- Chimiste.com

  1. Ce texte a été rendu possible grâce aux banques de données mises en ligne par les Archives municipales de Lyon, les Archives départementales de la Moselle, par les Archives départementales de la Loire, par le site Mémoire des Hommes ainsi qu’à la consultation des fonds d’archives disponibles aux Archives départementales et métropolitaines du Rhône. Différents sites spécialisés, comme chtimiste.com ou encore combattant 14-18 m’ont également fourni de précieuses informations. []
  2. Je ne suis pas parvenue à obtenir plus d’informations à son sujet []
  3. Journal Officiel de la République Française du 4 avril 1916 []

Une réflexion au sujet de « Au lendemain de l’Armistice, un Poilu réhabilité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *