L’échec, c’est chouette !

L’ échec fait florès. Il ne s’entoure plus seulement d’un halo douloureux mais devient investi et cerné par l’idée qu’il permet de réussir.

“ Il est temps d’admettre que, non seulement l’échec n’est pas un drame, mais qu’il peut bien souvent devenir un évènement positif. Son premier atout, qui est loin d’être négligeable, consiste à nous remettre dans une attitude d’humilité face à la vie. Il nous contraint à accepter la vie telle qu’elle est et non pas telle que nous la voulons ou la rêvons. La vraie souffrance, comme je l’ai rappelé à la suite des philosophes stoïciens, mais aussi taoïstes, naît de notre résistance au changement, au mouvement de la vie, à son flux. Alors, réjouissons-nous quand il y a des hauts; et quand des bas se présentent, acceptons-les et faisons en sorte qu’ils nous servent de tremplin. En ce sens, je considère nos échecs comme autant de maîtres spirituels, c’est-à-dire de guides qui nous aident à rectifier notre trajectoire. Ils appartiennent à la loi de la vie, et je pense que leur présence, qui nous est naturellement désagréable sur le moment, est néanmoins indispensable à la globalité de notre parcours. Pour qu’ils soient de vrais maîtres, néanmoins nous devons transformer le regard que nous portons sur eux. Plutôt que vivre chaque échec comme un drame, entendons-le comme l’occasion ‘un éveil, d’une prise de conscience. Essayons d’en tirer des leçons plutôt que de perdre notre énergie à ressasser ses causes et ses conséquences. Considérons d’emblée que la difficulté qui nous frappe n’est pas un drame, mais une occasion de réfléchir à notre vie, de l’appréhender autrement. ”1

Nouveau temps, nouvelles moeurs pour l’ échec entrepreneurial.
Si faire « faillite » a longtemps cristallisé, de façon exclusive, des aspects socialement et culturellement négatifs, une nouvelle démarche apparaît.

L’échec entrepreneurial est devenu l’enjeu d’un réapprivoisement de sens ; il change de concept et de programme. Il est loin le temps des vitupérations de Napoléon vouant tous les faillis à la prison et à l’infamie. Aujourd’hui, c’est le temps du  droit à l’erreur. L’échec n’est plus une fatalité.

Derrière cette idée, il existe aujourd’hui toute une « communauté », tout un collectif qui s’est progressivement constitué, depuis la fin des années 2000, autour de la promotion d’un autre modèle de l’échec, comme un moment utile pour une trajectoire entrepreneuriale réussie. Conférences, associations, journaux constituent alors autant de vecteurs d’une pratique intense de cette représentation sociale à travers laquelle la ‘faillite’ se forge une image de professionnalisme et d’humanisme.

L’échec devient une plus-value et loin de rompre avec le culte de la performance2, faire ‘ faillite‘ caractérise une étape intermédiaire et génératrice. Il se raconte et se recherche dans les success stories : « Les célèbres entrepreneurs qui ont d’abord échoué« .

    • Il y a les ‘FailCon’ pour inspirer à un nouvel apprentissage : celui de l’échec.

Les FailCon, format importé de la Silicon Valley, réunissent (pour une journée ou pour quelques heures) des professeurs, des sportifs, des leaders internationaux de l’entrepreneuriat qui, tout à tour, témoignent des revers et infortunes qu’ils ont rencontrés dans leur carrière et comment ils ont rebondi.

    • Il y a les associations pour accompagner les entrepreneurs post-faillite.

assoc rebond

Assister les entrepreneurs pour qu’ils rebondissent pendant ou après avoir connu des difficultés, tel est l’objet des associations, SOS ENTREPRENEUR, RE-CREER, 60 000 REBONDS, SECONDSOUFFLE.org

Différents dispositifs et outils, des aides bénévoles, sont ainsi proposés aux entrepreneurs en échec afin de prévenir les difficultés, afin de soutenir le rebond de l’entreprise ou de rebondir dans un nouveau projet, afin de reprendre une activité.

    • L’échec entrepreneurial est devenu un problème public.

Un nouvel agenda politique a aussi vu le jour. Lors de la clôture des Assises de l’Entrepreneuriat le 29 avril 2013, François Hollande, président de la République, a pris l’engagement de lutter contre la stigmatisation de l’échec et de veiller à ce que notre société accorde une seconde chance aux entrepreneurs ayant connu un accident de parcours. Cet engagement s’est concrétisé par la suppression de l’indicateur 040 du Fichier Bancaire des Entreprises de la Banque de France.
Plus récemment, à l’occasion d’une conférence organisée à SciencesPo Paris en janvier 2014, Fleur Pellerin, alors ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique, déclarait :

Il est vraiment nécessaire de travailler sur cette notion culturelle de l’échec, du droit à la seconde chance parce que c’est un des éléments du succès de tous les éco-systèmes innovants. Toutes les zones du monde dans lesquelles les entreprises se créent, se développent, marchent bien, que ce soit la Silicon Valley, Israel, les pays asiatiques, sont des pays marqués par une assez grande décomplexion vis-à-vis de l’échec, voire une valorisation de l’échec.

Ainsi a émergé le « sujet de l’échec », celui d’ « un compte des incomptés, une forme de visibilité de ce qui est réputé non-visible ou soustrait de la visibilité »3. Peu à peu, de nouvelles conceptions de l’échec entrepreneurial se sont élaborées pour soutenir la reconnaissance de la « faillite ». Selon des formes d’expression diversifiées – des réflexions d’intellectuels aux outils juridiques, en passant par le discours indigène, divers acteurs ont déployé une capitalisation de l’échec entrepreneurial.

Pour citer cet article : "L’échec, c’est chouette !" par Virginie BLUM. Publié sur _contre-Entreprendre|, le 08/01/2016. Lien : https://centreprendre.hypotheses.org/1387.

  1. Frédéric Lenoir, 2011, Petit traité de vie intérieure, Plon. []
  2. Alain Ehrenberg, 2011, Le culte de la performance, Hachette. []
  3. Jacques Rancière, 1998, Aux bords du politique, La Fabrique, p.157 []

Une réflexion au sujet de « L’échec, c’est chouette ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *